« New York Memories » ou les chroniques de la vraie vie

Titre : New York Memories
Auteur : CharlElie Couture
Editions : Cherche-Midi
Date de parution : 14 janvier 2021
Genre : roman

Connu principalement pour sa musique, CharlElie Couture nous fait découvrir grâce à New York Memories d’autres facettes de son talent. Vivre à New York, il en a toujours rêvé, un rêve qui est devenu réalité en 2004. Si loin de la France, Big Apple et ses habitants l’inspirent, le surprennent et parfois, lui jouent de mauvais tours… La ville s’amuse de lui tout autant qu’il s’amuse d’elle. CharlElie la peint et la dépeint, la met en musique, y prend ses marques.

New York Memories est un recueil de souvenirs, de sensations et d’émotions ressenties par l’artiste face aux événements de la vie. C’est un livre passionnant, un témoignage haut en couleurs et profondément honnête par rapport au rêve américain et au travail d’artiste en général. A travers ce roman, on suit le parcours de l’artiste et la manière dont la ville a construit son œuvre, mais également la transformation de la ville elle-même, devenue au fil des années un lieu irréel, réservé à une élite.

A la lecture de New York Memories, beaucoup de préjugés sur la vie d’artiste, sur la ville de New York et sur le rêve américain s’envolent en fumée. Car si tenter sa chance dans la ville qui ne dort jamais a toujours été le rêve de CharlElie – et si celle-ci a dopé sa créativité, l’a forcé à se réinventer et à sortir de sa zone de confort -, la réalisation de ce rêve fut un combat de tous les jours, face à l’âpreté du modèle américain et son individualisme poussé à l’extrême. Au bout du compte, New York Memories est également un avertissement ou un cri de colère par rapport à ce modèle, qui semble offrir à tous les mêmes opportunités mais qui au final devient de plus en plus exclusif, laissant sur la route des millions de citoyens qui n’ont pas l’argent ou les relations pour réussir.

New York Memories est un roman qui bouge comme la musique de son auteur, un livre qui se lit à cent à l’heure, sans fioriture, qui plaira à tout ceux qui ont un jour été émerveillé par Big Apple.

A propos Vincent Penninckx 244 Articles
Journaliste - Responsable BD du Suricate Magazine