« Champs de bataille », radiographie d’un accidenté de la vie

Titre : Champs de bataille
Auteur : Franck Hériot
Editions : Rocher
Date de parution : 3 février 2021
Genre : Roman

A 25 ans, la vie de Charles vole en éclats sur une route au Liban. A son réveil à l’hôpital, ce jeune reporter de guerre réalise qu’il est paralysé. Il apprend également que Philippe, son ami proche et fidèle compagnon de route, a laissé sa peau dans leur étrange accident survenu à Beyrouth. Pour Charles, c’est un peu l’enfer qui se profile : les nuits agitées, les séances de torture en salle de rééducation, la mémoire en lambeaux, la détresse d’être transformé en marionnette désarticulée… Pris dans un tourbillon de doutes et de colère, cet ancien baroudeur va opérer cependant un lent retour au monde. Entre découragement et persévérance, il va apprendre à composer avec son nouveau corps grâce au soutien d’amis fidèles, d’un jeune patient de 9 ans, d’une infirmière compréhensive et d’une mère aimante.

Champs de Bataille décortique le quotidien étouffant d’un jeune homme arrêté dans sa course, emprisonné dans un corps meurtri. Sans jamais être larmoyant, le roman retrace l’effondrement intérieur d’un accidenté de la vie mais aussi sa lente reconstruction malgré l’âpreté du chemin. Car Charles n’est pas qu’un accidenté de la route. Ses blessures viennent de plus loin. Affecté par un père absent, troublé par une femme mystérieuse, inquiet de ne plus avoir de nouvelles de son frère, il se bat comme il peut mais il semble que quelque chose en lui reste brisé.

A la recherche de réminiscences, cet ancien reporter tente vaille que vaille de recoller les morceaux de sa mémoire, essaie de s’inventer autrement. Il convoque Hugo, Cohen, Rimbaud, Hemingway, Céline, Gary, Hesse pour surmonter son traumatisme et nourrir ses prises de conscience. Il observe les autres pour avoir l’illusion de pas être différent. Mais une renaissance est-elle possible ?

La dernière partie qui se déroule à l’autre bout de la terre est un peu déroutante, elle nous amène à nous interroger sur les limites de la résilience.

Dans une écriture fluide, empreinte d’humour et pleine de références, l’auteur Franck Hériot qui nous avait habitués aux romans policiers (La Femme que j’aimais) dresse un beau portrait fracturé d’un jeune aventurier.

A propos Marie-Laure Soetaert 136 Articles
Journaliste du Suricate Magazine