Scream : quel est (encore) ton film d’horreur préféré ?

Scream
de Tyler Gillett et Matt Bettinelli-Olpin 
Horreur, slasher
Avec Neve Campbell, Courteney Cox, David Arquette, Marley Shelton, Melissa Barrera, Jack Quaid, Jenna Ortega, Heather Matarazzo
Sorti le 12 janvier 2022

Il y a près d’un an, on s’était pris de nostalgie pour la saga Scream et on avait regardé d’une traite les quatre films et la série télé. Ce qui avait donné un récapitulatif détaillé et l’analyse des premières nouvelles pour une cinquième suite au cinéma. Malgré plusieurs retards dû au covid19, le nouveau Scream est maintenant bien là et on peut répondre aux deux questions principales : les trois personnages originaux sont bien présents (Sidney Prescott, Dewey Riley et Gale Weathers) et le nouveau duo de réalisateurs n’a pas bafoué l’héritage de Wes Craven.

Encore une fois, l’histoire et l’intrigue seront totalement méta. Si les réalisateurs ont placé ici ou là des easter eggs faisant références aux films de Wes Craven ou d’autres maîtres de l’horreur (avec par exemple une scène sympathique rendant hommage à une célèbre scène du Psychose d’Alfred Hitchcock), ils n’oublient pas aussi de perpétuer la tradition en faisant réfléchir les protagonistes du film sur les codes cinématographiques utilisés dans les situations qu’ils subissent. Le premier jouait avec les codes du whodunit ; le second explorait les soucis des suites ; le troisième proposait un film dans le film (la franchise Stab) ; et le quatrième les nombreuses suites de trop d’une franchise (sequel).

Pour Scream 5, de nouvelles pistes sont exploitées : l’influence des elevated horrors, ces films d’horreur qui ne se contentent pas de faire peur mais veulent aussi faire réfléchir sur une cause sociétale et soigner leur mise en scène ; les fans toxiques (toxic fandom) d’une franchise qui sont prêts à tout pour avoir ce qu’ils veulent voir à l’écran (et en colère à cause d’un Stab 8 raté) ; le concept de requel qui consiste à faire ni tout à fait une sequel, ni tout à fait un reboot, de reprendre les idées du premier pour en faire du neuf, tout en respectant les épisodes précédents et en faisant intervenir les personnage originaux.

Dix ans après les derniers évènements de Woodsboro, un tueur reprend l’apparence du Ghostface et s’attaque à une jeune lycéenne alors qu’elle est seule dans sa maison. Apprenant le drame par le fils de la shérif, sa sœur Samantha revient après des années à Woodsboro pour protéger cette dernière qui a miraculeusement survécu. Alors qu’une deuxième victime est morte, Samantha comprend que le massacre recommence et qu’il a un rapport avec les précédents évènements et avec son passé. Doit-elle s’enfuir ou demander de l’aide à Dewey Riley, qui était shérif à l’époque des faits ?

Après un quatrième film réussi et presque aussi surprenant que le premier, c’était difficile de se renouveler suffisamment pour réussir une nouvelle suite. Pourtant, le duo de réalisateurs respecte le matériau original en offrant au spectateur un slasher au plus proche de Scream 1 et en jouant avec les codes cinématographiques comme Scream 4. Mais le concept de requel paraît tout de même plus obscur que les sequels (suites de trop) et ne permet pas énormément de surprises quant à l’identité des tueurs. Le film parle aussi beaucoup des elevated horrors mais a tendance à peut-être oublier que le principe de films d’horreurs qualitatifs et traitant de sujets plus sérieux, bien que repopularisés ces dernières années (Get out, Us, Grave, Mister Babadook,…) étaient bien présents dans l’histoire du cinéma de genre (L’Exorciste, Rosemary’s baby, Shining ou même les films de Murnau…).

Si ce nouvel opus n’apporte pas réellement son lot de surprises que l’on aurait pu attendre, il ne faut pas non plus bouder son plaisir. Les amateurs de la saga y trouveront leur bonheur avec une touche supplémentaire de gore et une bonne alchimie entre l’ancien et le nouveau casting. On aurait pu penser que, comme en 2011 et la sortie du quatrième opus, l’univers n’intéressait plus grand monde et pourtant, Scream vient de prendre la première place au box office devant un Spider Man en fin de cycle. De quoi motiver les studios pour des futures suites ? A condition que Scream ne devienne pas ce qu’il parodie et ne devienne pas comme Stab, la franchise de films à l’intérieur du film : des suites de plus en plus décousues et ratées.

Attention ! Mini-spoiler.

La grande force et la grande surprise du film se doit de ne pas être divulguée car elles concernent le trio de personnages originaux. Comme dans SOS Fantômes dernièrement, la grande force de ces nouveaux films est d’avoir réussi à rendre intéressant l’apparition des anciens tout en ne créant pas au rabais de nouveaux personnages. Kevin Williamson a indiqué en interview qu’à l’époque, il envisageait de centrer une nouvelle trilogie sur chacun des protagonistes initiaux. Au vu du traitement de l’un deux dans cet épisode, on peut envisager que les suites s’attardent sur les autres…

A propos Loïc Smars 410 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du Suricate Magazine