Petit traité de vélosophie pour les apprentis cyclistes… et les autres

Extrait du « Petit traité de vélosophie » de Tronchet (Delcourt, 2020)

Couverture de la BD « Petit traité de vélosophie » de Tronchet (Delcourt, 2020)

Scénario et dessin : Didier Tronchet
Éditeur : Delcourt
Sortie : 27 mai 2020
Genre : Humour

Il y a vingt ans, Didier Tronchet, journaliste, auteur et dessinateur, publiait son premier Petit traité de vélosophie, une ode au plaisir de se déplacer à vélo en ville. L’édition 2020 de la bande dessinée offre une version actualisée, toujours pleine d’humour et de tendresse. Une lecture inspirante et amusante pour les apprentis cyclistes de l’ère post-corona.

Les petites et les grandes joies du déplacement à deux roues

Le Petit traité de vélosophie est un ouvrage assez court composé de 54 planches humoristiques. Chaque page, en cinq à six bulles, aborde un aspect différent de l’expérience « vélo dans la ville ». Au-delà de l’éternel concurrence entre vélo et voiture, Tronchet évoque l’émergence des Vélib’ (les vélos partagés en libre-service à Paris) et des trottinettes électriques, nouvelles stars de la « mobilité douce ». S’il se moque des automobilistes, décrivant la voiture comme « le premier prédateur de l’homme », il n’hésite pas non-plus à rire des « soviet cyclistes » souhaitant imposer le vélo comme solution à tous les problèmes du monde.

Aux scénettes de la vie quotidienne du cycliste urbain s’ajoutent quelques planches nostalgiques évoquant le lien entre le vélo et l’enfance. Pédaler, c’est aussi faire l’expérience de la liberté et multiplier les possibilités de découvertes.

La “conscience au monde” des cyclistes

Militant malgré sa propension à l’autodérision, le Petit traité de vélosophie présente le vélo comme une véritable façon de vivre. Au fil des planches, un thème récurrent se profile : faire du vélo, c’est faire l’expérience d’une autre façon de sociabiliser, de se connecter à son environnement et aux autres. Une expérience différente de celle d’un piéton ou d’un automobiliste coincé derrière son pare-brise. Pour Tronchet :

La selle de vélo est une antenne branchée sur le cosmos (p. 29)

Un point de vue également développé de manière intéressante dans le documentaire Why we cycle sur la culture du vélo aux Pays-Bas.

Sans prétendre aborder tous les avantages et les inconvénients du vélo en ville, le Petit Traité de vélosophie est un ouvrage drôle, attendrissant et actuel sur le bonheur de pédaler au quotidien. En cette période de post-confinement où les transports publics n’ont plus la cote, voici une bonne façon de se motiver pour celles et ceux qui envisagent de commencer ou de reprendre le vélo !

A propos Soraya Belghazi 173 Articles
Journaliste - Responsable Arts/Expos/Musées du Suricate Magazine

1 Rétrolien / Ping

  1. Petit traité de vélosophie pour les apprentis cyclistes… et les autres

Les commentaires sont fermés.