L’Odyssée d’Hakim, le récit bouleversant d’un réfugié syrien

Extrait de la BD du tome 3 de L’Odysée d’Hakim (Delcourt, 2020)

Couverture de la BD du tome 3 de L’Odysée d’Hakim (Delcourt, 2020)

Scénario et dessin :  Fabien Toulmé
Éditeur : Delcourt
Sortie :  3 juin 2020
Genre :  Roman graphique

L’Odyssée d’Hakim est un très beau témoignage sur le parcours des demandeurs d’asile pour rejoindre l’Europe. Le troisième et dernier tome de la bande dessinée, qui vient de sortir, offre une belle leçon d’espoir et d’humanité.

Un destin parmi d’autres

L’auteur et illustrateur Fabien Toulmé s’est entretenu avec un réfugié syrien pendant près de deux ans avant de retranscrire cet itinéraire individuel sous la forme d’un roman graphique. Hakim, comme toute sa famille, est né en Syrie. Il y a créé sa propre entreprise, une pépinière qui tourne plutôt bien. Mais en 2011, lors des manifestations contre le régime de Bachar El-Assad, il est arrêté, emprisonné et torturé. Craignant pour sa sécurité, il quitte le pays pour le Liban voisin, puis la Turquie. Il y rencontre sa femme, Najmeh, elle aussi réfugiée syrienne.

Après la naissance de leur fils, Hadi, ils décident de rejoindre la France ou le père de Najmeh a obtenu le statu de réfugié. Mais les procédures administratives de regroupement familial sont complexes. Najmeh rejoint Aix-en-Provence en avion mais Hakim et Hadi doivent rester à Istanbul en attendant d’obtenir les papiers nécessaires. Ceux-ci ne viendront jamais. Commence alors une nouvelle odyssée pour le jeune papa et son fils…

Des rencontres qui changent une vie

Afin de permettre aux lecteurs qui n’auraient pas lu les tomes 1 et 2 de suivre son récit, Toulmé débute le tome 3 en se mettant en scène lui-même devant une classe d’écoliers auxquels il raconte l’histoire d’Hakim. La suite voit Hakim et Hadi traverser la Grèce, la Macédoine, la Serbie, la Hongrie, l’Autriche, la Suisse… pour enfin arriver en France.

Le long de ce parcours périlleux, Hakim doit faire face au rejet, à la méfiance, à l’humiliation (les fameux « sandwiches à la mortadelle » en Hongrie), à la peur d’être arrêté… Mais il parvient à tenir bon grâce à l’entraide au sein de la communauté des migrants et à la solidarité de citoyens anonymes. Le dessin au feutre de Toulmé, dans les tons bleu et ocre, créé une impression de douceur qui rend les personnages attendrissants.

Dans la lignée des ouvrages de Guy Delisle et de Riad Sattouf, L’Odyssée d’Hakim traite de sujets difficile avec subtilité, humour et tendresse. Une magnifique trilogie pleine d’humanité, à lire et à offrir.

A propos Soraya Belghazi 173 Articles
Journaliste - Responsable Arts/Expos/Musées du Suricate Magazine