Suzette ou le grand amour

Couverture du roman graphique Suzette ou le grand amour de Fabien Toulmé (2021)

Scénario et dessin :  Fabien Toulmé
Éditeur :  Delcourt/Mirages
Sortie :  2 juin 2021
Genre :  Roman graphique

Suzette ou le grand amour est un roman graphique plein de tendresse sur l’évolution du couple et du sentiment amoureux. Grâce à sa petite fille Noémie, Suzette, 80 ans, va découvrir que le veuvage n’est pas une tragédie et qu’on peut trouver l’amour à tout âge.

Un road trip sur le mode de la confidence

Noémie travaille comme fleuriste et vient d’emménager avec son compagnon, encore étudiant. Sa grand-mère, Suzette, est un modèle pour elle. Mais lorsque le mari de Suzette meurt, Noémie découvre que la vie de couple entre son « papou » et sa « mamoun » n’était pas aussi rose qu’elle en avait l’air. Pour éviter que Suzette ne sombre dans la solitude et la tristesse, elle lui propose donc un voyage en Italie… à la recherche de son amour de jeunesse !

Ces petites vacances improvisées sont l’occasion de confidences entre les deux femmes. Avec beaucoup d’humour, de sensibilité et d’authenticité dans les dialogues, Toulmé évoque en miroir la recherche de l’amour à deux stades très différents de la vie. D’un côté, Noémie veut créer un vrai « couple » avec son compagnon mais a du mal à réconcilier leurs attentes, très différentes. De l’autre côté, Suzette réalise qu’elle a sacrifié son bonheur de femme pour celui de son mari, de sa fille puis de sa petite fille.

L’amour libéré des conventions

Comme dans L’Odyssée d’Hakim, Toulmé dessine ses personnages tout en rondeur et en douceur. Les teintes bleues, jaunes et orange créent un effet lumineux qui se marie très bien avec les paysages de Ligurie. Une lumière qui donne de la beauté à tous les petits gestes du quotidien, aux moments partagés entre une grand-mère et sa fille.

À travers plusieurs clins d’œil féministes, Suzette ou le grand amour évoque aussi le poids des conventions sociales qui ont longtemps empêché les femmes de s’épanouir dans le couple. Des conventions heureusement largement battues en brèche par les nouvelles générations, comme celle de Noémie.

Un petit bijou de tendresse à mettre dans les mains de tous ceux qui ne désespèrent pas de trouver l’âme sœur.

A propos Soraya Belghazi 209 Articles
Journaliste - Responsable Arts/Expos/Musées du Suricate Magazine