Hell’s Angel, la vie hallucinante de Sonny Barger

Titre : Hell’s Angel, la vie et l’histoire de Sonny Barger et du Hell’s Angels Motorcycle Club
Auteur : Ralph « Sonny » Barger avec Keith et Kent Zimmerman
Editions : Flammarion
Date de parution : 19 mai 2021
Genre : Autobiographie

Si ce livre est le seul ouvrage autorisé par le Hell’s Angels Motorcycle Club, c’est qu’il est écrit par une des légendes du club : Ralph « Sonny » Barger. Sonny, s’il n’est pas le fondateur de celui-ci, reste celui qui l’a fédéré, fait grandir, à partir de son club d’Oakland, devenu le siège central des Hell’s Angels en 1958.

Hell’s Angel: The Life and Times of Sonny Barger and the Hell’s Angels Motorcycle Club est autant l’autobiographie de Sonny Barger que l’Histoire des Hell’s Angels, la vie de Sonny étant totalement dédiée au club. On peut retrouver au fil des pages, les règles du club, les rapports avec la drogue et la police, la prison, les moyens entrepris par l’état pour les faire tomber, la présence dans la culture populaire, les bagarres contre les manifestants anti-Vietnam ou encore leur version du fameux concert des Stones de 1969 pour lequel les Hell’s Angels faisaient la sécurité (qui eut pour conséquence le meurtre de Meredith Hunter, poignardé par un membre). 

L’originalité de ce livre c’est qu’il est pour une fois écrit par un grand ponte des Hell’s Angels alors que d’habitude, on retrouve souvent de la littérature écrite par des chroniqueurs extérieurs (par exemple Hunter S. Thompson, connu pour son Las Vegas Parano) ou des opposants au club (comme d’anciens indics qui ont trahi le club pour aider la police). Si cela permet de découvrir une tonne de détails et d’informations sur ce dernier, cela empêche d’avoir un regard objectif mais aussi une écriture plus fluide qui éviterait les nombreuses digressions, le name dropping à outrance, ou de se perdre dans la chronologie foutraque que nous impose Sonny Barger. 

Un autre paradoxe que révèle ce bouquin est la frontière entre le bien et le mal. Si on est captivé par ce témoignage de l’Histoire des Etats-Unis et la liberté qui émane des personnalités de cette communauté, on ne peut pas non plus cautionner la vision de la délinquance et de l’honneur que Sonny Barger témoigne. Est-ce que vendre de la drogue parce qu’on a pas d’argent ? Est-ce que taper les flics parce que c’est lutter contre le système est la solution ? Démonter la gueule des membres des clubs rivaux ou des gens qui bafouent leur insigne est réellement un symbole « d’honneur » ? 

Dans ce livre, on entretient ou contredit les fantasmes qui existent sur les Hell’s Angles depuis des décennies. Si le témoignage est captivant, la vision du monde de Barger reste pourtant discutable. En refermant ce récit, la plupart des lecteurs ne sauront toujours pas s’ils doivent détester ou admirer ce personnage et le style de vie des Hell’s Angels. Mais c’est sûrement ce que voulait Sonny Barger en publiant ses mémoires. 

A propos Loïc Smars 392 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du Suricate Magazine