Fisherman’s Friends, haleine fraîche et chants marins

Fisherman’s Friends
de Chris Foggin
Comédie
Avec James Purefoy, Daniel Mays, Tuppence Middleton
Sorti le 11 septembre 2019

En 2010, le monde découvrait The Fisherman’s Friends. Originaire de Port Isaac dans les Cornouailles, Fisherman’s Friends est un groupe composé d’une douzaine de marins créé en 1995 et dont la spécialité consiste à interpréter des Sea Shanties (chants de marins). Véritable ovni dans le paysage musical, leur premier album sera certifié disque d’or à sa sortie et le groupe recevra le Good Tradition Award en 2011. Près de dix ans après cette surprenante consécration, les Fisherman’s Friends se voient consacrer un film !

Dany (Daniel Mays) est un producteur de disques cynique et désabusé, souffre-douleur de ses amis. Un jour, alors qu’ils sont en vacances à Port Isaac, ceux-ci décident de faire une plaisanterie à Dany en le mettant au défi de produire le groupe local de marins dont le plus âgé approche les quatre-vingt ans. Ignorant la supercherie, Dany tentera de convaincre le groupe de signer un contrat, avant de découvrir leur réelle richesse.

Feel-Good Movie par excellence, Fisherman’s Friends relate l’histoire d’une bande de Misfits talentueux mais inadaptés au monde du show-business, un peu comme avait pu le faire Alan Parker en 1991 avec The Commitments. Et justement, les ressorts scénaristiques de Fisherman’s Friends sont finalement assez similaires aux films de cette décennie : un personnage cynique et méprisant cherche à profiter de personnages pétris de simplicité, avant de découvrir que leur mode de fonctionnement est meilleur que le sien. Le tout agrémenté de quelques retournements, de petites trahisons et d’un inévitable sacrifice rédempteur.

Ainsi, au-delà de sa structure somme toute assez classique, Fisherman’s Friends est parfois relativement manichéen et oppose un peu facilement les gentils pêcheurs innocents aux méchants producteurs citadins.

Mais c’est justement ce qui est attendu d’un tel film : de bons sentiments, des personnages attachants, des méchants qui perdent et une histoire d’amour. Dès lors, Fisherman’s Friend est un produit parfaitement réussi en regard de ce qu’il prétend être : un divertissement léger, sympathique et sans la moindre prétention. Au final, reste donc une histoire originale, divertissante et attachante qui permet de découvrir un groupe musical hors normes et vous donnera envie de revêtir votre plus beau caban avant d’aller chanter sur la digue à Blankenberge !

Alexandre Alvarez
A propos Alexandre Alvarez 158 Articles
Journaliste du Suricate Magazine