De Premier, un suspense aussi tendu que la corde à linge de mamy

de-premier-poster

De Premier

d’Erik Van Looy

Thriller

Avec Koen De Bouw, Charlotte Vandermeersch, Tine Reymer

Sorti le 26 octobre 2016

Une maison en verre sous la pluie, des couleurs froides et une palette de gris, un jeu sur la netteté et la profondeur : pas de doute, nous sommes chez Van Looy. Le réalisateur de (The) Loft (2008 et 2014) est de retour sur grand écran avec une histoire un peu zot dont la trame initiale ne manque pas de faire penser à l’épisode The National Anthem (2011) de la série britannique Black Mirror.

À quelques heures de sa rencontre avec la présidente américaine, le Premier ministre belge Michel Devreese est enlevé. Sous la menace, l’ordre du jour est changé. Il doit tuer la présidente s’il veut que sa femme et ses deux enfants, retenus en otage, s’en sortent sains et saufs.

De Premier est certes loin d’être irréprochable et les plus pointilleux trouveront à redire soit de petites incohérences soit de flash-backs appuyés. Mais à l’instar du cinéma américain dont s’inspire Van Looy, le film est diablement efficace avec un suspense aussi tendu que la corde à linge de mamy. Les dialogues sont à l’occasion savoureux et ne manquent pas de références à l’actualité, que l’on pense aux récents actes terroristes en France et en Belgique ou aux déclarations de Trump sur le « hellhole » qu’est Bruxelles (la capitale de la ville de Belgique [sic]). Bien (trop ?) connu de l’autre côté de la frontière linguiste, Koen De Bouw enfile le costume de premier ministre. Le sérieux de sa fonction frôle parfois l’inexpressivité, mais ce petit travers est allègrement compensé par le rythme du film et les autres personnages. Parmi ceux-ci se distingue le chauffeur/preneur d’otage joué Stijn Van Opstal : un peu blagouilleur, un peu psychopathe, il est la cerise sur ce gâteau de pellicules.

Puisqu’une image vaut mieux qu’un long discours, le plus simple reste encore de se laisser guider par le message subliminal de l’affiche : « Ik wil jou voor De Premier » !

Elodie Mertz
A propos Elodie Mertz 117 Articles
Journaliste du Suricate Magazine