Vive les vacances : une bière, chaude et dégazée

FOX VACATION poster A4.indd

Vive les vacances

De John Francis Daley et Jonathan M. Goldstein

Comédie

Avec Ed Helms, Christina Applegate, Skyler Gisondo

Sorti le 2 septembre 2015

Dernier projet en date de John Francis Daley et Jonathan M. Goldstein, un duo accoutumé à travailler ensemble, Vive les vacances est moulé sur les comédies vaseuses dont Hollywood nous sort des brouettes. Qualifier le film de mauvais serait injuste puisqu’il remplit les ambitions qu’il s’est données. Cependant, il en reste assez inintéressant justement à cause de ces mêmes ambitions.

Rusty et Debbie Griswold ont deux enfants, mais s’ennuient d’une vie routinière. Rusty, afin de secouer le cocotier, décide de traverser les États-unis avec sa petite famille. Non point de vol intérieur pour ce couple en manque de palpitations, Rusty compte bien accomplir l’odyssée les cheveux au vent, à l’aide d’une voiture pittoresque à souhait et d’un GPS défectueux. Le chemin est bien entendu parsemé d’embûches devant à un père plein de bonnes intentions mais un peu benêt quand même.

Le couple coincé dans la routine, le père couillon, la mère insatisfaite, les ados pleins d’hormones, le road trip, on distingue aisément les clichés dans l’ossature du projet. La faille principale est de ne pas s’en jouer, de rester dans la comédie large et sans tranchant, en bref d’utiliser les clichés comme un plan scénaristique. Et du coup, on s’ennuie.

On notera la présence de grands noms de la comédie, comme Chevy Chase, et Keegan-Michael Key (de Key & Peele, chaudement recommandé, c’est sur Youtube), ainsi que de Chris Hemsworth (Thor). Leur rôle est assez restreint mais apporte un vent de frais très bienvenu dans la triste routine qu’est ce road trip.

Vacation ne fera pas les livres d’histoire du cinéma sans pour autant disgracier ceux qui en sont à l’origine. On rigole parfois un peu (surtout pendant le générique de début) mais les blagues sont toujours posées trop longtemps à l’avance, suivies de l’inévitable explication de la blague pour que les ados qui préfèrent se tripoter dans le fond le salle comprennent quand même.

Privilégiez plutôt le terroir local avec Le tout nouveau testament qui, j’entends dire, est [plutôt bon].

Jan Kazimirowski
A propos Jan Kazimirowski 36 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

1 Rétrolien / Ping

  1. S.O.S. Fantômes, 4 filles et un slim(e) • Le Suricate Magazine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.