Brotherband Volume 1 : Frères d’armes de John Flanagan

brotherband couverture

auteur : John Flanagan
éditions : Hachette
date de sortie : septembre 2014
genre : Aventure, viking, jeunesse

Avec cette lecture, réveillez le barbare qui sommeille en vous !

L’histoire se déroule en Skandie, territoire imaginaire dans laquelle chaque année a lieu le concours du Brotherband, qui oppose des clans de jeunes hommes qui devront s’affronter lors d’épreuves physiques et stratégiques. Le groupe qui sortira vainqueur de cette expérience initiatique obtiendra respect et avenir assuré. On suit plus particulièrement le parcours de la bande de Hal, jeune homme qui n’est que moyennement accepté par la communauté, du fait que sa mère n’est pas Skandienne et que son mentor, ancien grand guerrier et ami de son père mort au combat, n’est plus qu’une épave qui a sombré dans l’alcoolisme. Les adolescents devront faire preuve de force, d’ingéniosité et de courage face à des adversaires sans scrupules et des instructeurs sans pitié.

Pas de doute, avec ce premier volume de Brotherband, on est dans un univers saturé de testostérone ! Que des mecs, des jeunes, des vieux, des manchots, qui se bagarrent, boivent et se provoquent. Mais dans ce monde de brutes, il y a aussi de bons sentiments, de vigoureuses claques dans le dos, de la loyauté envers les amis (et parfois les ennemis aussi) et de l’amour envers les mamans. Mamans qui sont quasiment les seules présences féminines, et encore de façon infime. Pas de romance donc dans ce viril Brotherband de John Flanagan.

Malgré un début difficile, car jonché d’horribles contractions dans les dialogues (était-ce nécessaire de faire s’exprimer si mal les soldats du fait qu’ils aient une hache à la main et sentent certainement le bouc ?), on se laisse volontiers entraîner dans les aventures peu originales mais plaisantes de ces jeunes apprentis guerriers. On s’attache assez au clan de Hal, car ces jeunes forment un groupe constitué par défaut, parce qu’aucun concurrent ne voulait d’eux dans leur bande, du fait de leurs origines, d’une réputation familiale, d’un handicap ou d’un sale caractère. On découvre au fil des pages cette équipe de bras cassés  qui au final se complètent extrêmement bien et forment une troupe de Vikings qu’on aime sauvagement.

Cependant, Brotherband reste une série pour les amateurs du genre. Beaucoup de bagarres, de termes techniques de navigation (repris gentiment dans un glossaire au début du livre), de constructions de campements et de courses en bateau jalonnent le récit qui pourrait en décourager certain(e)s.

Pour celles et ceux qui ont apprécié le premier volume, le second volet sera attendu avec impatience car on peut présager pour la suite une nouvelle quête bien différente…

Emmanuelle Lorriaux
A propos Emmanuelle Lorriaux 60 Articles
Journaliste

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.