Stand-up, mode d’emploi… ou kit de survie ?

Depuis plusieurs années déjà, la scène de l’humour a délaissé le sketch pour le stand-up. Si le premier cité existe toujours, le grand public et les professionnels lui préfèrent aujourd’hui le genre comique qui brise les codes et le fameux quatrième mur, séparant la scène de l’assistance. Un exercice plus périlleux pour l’humoriste, mais qui permet – s’il est bien maîtrisé – d’embarquer davantage le public dans un univers à la fois personnel et familier, lui conférant une singularité toute particulière.

Le monde du stand-up est aujourd’hui en plein essor. Nombreux sont celles et ceux qui se lancent dans l’aventure et parcourent les petites salles à la rencontre du public, en espérant – un jour peut-être – vivre de leur art et de leur passion. Oui mais voilà, l’adage biblique bien connu « beaucoup d’appelés mais peu d’élus » s’applique ici aussi. Dès lors, les questions sont nombreuses : comment devenir un standuppeur ou standuppeuse ? Comment se faire connaître ? Où aller ? Comment écrire son spectacle ? Comment parler à son public ? Quels sujets abordés ? Des questions parmi tant d’autres qui constituent l’envers du micro, à défaut de décor.

Pour y répondre, le festival Il est temps d’en rire nous dévoilera, du 19 au 30 août, « Stand up mode d’emploi », une création à ne pas manquer dans le cadre verdoyant du Lac de Genval. Dans celle-ci, sept standuppeur.euse.s vous feront découvrir le déroulé d’une soirée d’humour côté scène mais aussi côté coulisses. Dave Parcoeur, Lisa Delmoitiez, Sacha Ferra, Laetitia Mampaka, Nikoz (Nikoz Ghiouleas), Juan Rodrigues et Lorenzo Mancini joueront de leur complicité pour brosser avec panache et vécu les différents types d’humour, les techniques adéquates (ou pas) pour chauffer un public, les pièges de la scène et de l’écriture de l’humour. Une comédie sans fard, qui ne craint pas de dévoiler ses secrets et ornières de fabrication.

Et si l’envie vous en prend, le festival Il est temps d’en rire proposera également trois représentations familiales de Ligue d’Improvisation professionnelle (20 août, 27 août et 3 septembre) et cinq têtes d’affiche en clôture, à savoir Eric Boschman : Ni Dieux ni Maîtres mais du Rouge le 31 août ; Gérémy Crédeville : Enfin le 1er septembre ; PE : PE raconte des histoires le 2 septembre ; Fanny Ruwet : Bon anniversaire Jean le 3 septembre ; et enfin, Guillermo Guiz : Au suivant le 4 septembre.

Rendez-vous à Genval (plus d’informations ici) !

A propos Matthieu Matthys 895 Articles
Directeur de publication - responsable cinéma et littérature du Suricate Magazine.