Soufi, mon amour au Théâtre des Martyrs

Mise en scène, adaptation et scénographie de Christine Delmotte, avec Maroine Amimi, France Bastoen, Christophe Destexhe, Soufian El Boubsi, Fabrice Rodriguez, Laurent Tisseyre, Stéphanie Van Vyve

Jusqu’au 11 février 2017 à 20h15 au Théâtre des Martyrs

Soufi, mon amour est une pièce tirée du livre éponyme de l’écrivaine Elif Shafak, qui raconte la rencontre entre Rûmi, mystique et poète persan, et Shams de Tabriz, mystique iranien et celle d’Ella Rubinstein, nouvellement lectrice pour un agent littéraire et d’Aziz Z. Zahara, auteur du livre qu’elle doit commenter.

Ella Rubinstein va avoir 40 ans et sa vie semble complète, presque accomplie mais elle sent un manque en elle.
 Loin avant, au 13ème siècle, Rûmi a une vie complète et riche et en remercie dieu mais, au fond de lui, il y a un vide. Chacun va rencontrer le compagnon qui va combler ce vide, qui va le transformer, le guider sur la voie de la recherche d’eux-mêmes et des autres.

Chassé-croisé dans le temps et l’espace, histoires qui s’embrassent dans ce qu’elles disent d’intimement similaire.

 Dans un décor très simple qui ne bougera pas tout le long de la pièce, les personnages vont créer par leurs déplacements et par leurs paroles les lieux et les distances. Une narratrice fera le lien pour permettre au spectateur de suivre la progression de l’histoire. Cette narratrice – qui dit les lieux et les époques, mais qui dit aussi les pensées des personnages – danse, virevolte et esquisse déjà un peu la danse si particulière des derviches tourneurs.

Les acteurs quant à eux sont absolument fabuleux. Ils nous offrent un jeu juste et touchant.

Christine Delmotte a fait le choix d’une mise en scène épurée, ce qui permet à l’histoire et aux personnages de se déployer pleinement. Et d’à la fois faciliter la lecture et marquer visuellement ce qui lie le destin de chacun.

Je suis  touchée par cette pièce tant par sa forme que par son fond. Les acteurs m’ont donné le goût de rester encore un peu plus avec eux et les personnages m’ont tenue et émue jusqu’à la fin. Cette histoire de spiritualité et d’amour raisonnant puissamment en moi.

Soufi, mon amour est un sublime voyage entre l’Orient et l’Occident, et surtout un intense voyage au cœur de deux histoires d’amour et d’amitié, mêlées de spiritualité et d’éveil à soi.

Elodie Kempenaer
A propos Elodie Kempenaer 87 Articles
Journaliste