Rencontre avec Marine de Voodoo Kills

Nous vous avions parlé il y a quelques temps de Voodoo Kills, ce groupe de rock fondé par deux français qui ont décidé de poursuivre leur aventure musicale à Los Angeles.

Le groupe a sorti un superbe EP recemment. (Lire la chronique en cliquant ici)

Pour en savoir un peu plus sur les Voodoo Kills et cet EP, nous avons posé quelques questions à Marine, la chanteuse du groupe.

Bonjour Marine,

Merci de nous accorder cet interview.

Alors tout d’abord merci beaucoup Christophe pour ta chronique et pour tes compliments et références qui font vraiment plaisir.

Vous avez un son et un style particulier. Peux-tu nous dire quelles ont été vos influences?

On a tous des influences plus ou moins diverses. Paul est très classique rock n’ roll, son groupe préféré est bien entendu Guns n’ Roses. Personnellement,  j’écoute de tout mais rock plus oriente punk on va dire. J’écoute aussi beaucoup d’industriel comme NIN ou Massive Attack. Grande fan de Joan Jett bien sûr ainsi que Led Zeppelin ou les Stones.

Comment se passe la vie à Los Angeles pour vous ? Est-ce plus difficile de se faire une place là-bas par rapport à la France?

Tout le monde est traité de la même manière ici. Peu importe d’où tu viens avec ton groupe, si tu te bouges le cul, tu auras des résultats.
Ca n’a pas vraiment été difficile de se faire une place mais la compétition est énorme comparé à la France. Il y a des milliers de groupes à Los Angeles. Personnellement, j’adore cette atmosphère, cela me pousse à faire plus et à chercher un son unique.

vooodooooo

Parlons de cet EP.

Était-ce votre premier enregistrement studio?

Non, nous avions enregistré notre premier EP il y a maintenant huit ans de ça en France.

Comment s’est passé l’enregistrement de ce nouveau disque?

Mal. Notre ingénieur nous a pris pour des cons. Perte d’argent et de temps mais surtout pas la qualité désirée.
Nous avons enregistré à LA. Notre ingénieur a pris des plombes pour mixer pour nous donner un premier mix juste abominable.

La sortie était prévue un mois et demi plus tard. Paul et moi sommes rentrés en France au mois d’août et avons eu la chance de pouvoir joindre Nicholas Tchakamian qui a mixé et enregistré nos deux premiers EP (sous le nom de Rockett Queens en France). Il nous a généreusement proposé de mixer les quatre titres pour nous en dernière minute.
Il a fait ce qu’il a pu avec ce qu’il a eut. On est frustrés par la qualité sonore de cet EP mais c’est pas grave car on va se rattraper sur le prochain.

Est-ce que vous composez ensemble ou individuellement ?

Les deux ! (rires) Généralement c’est soit Paul, soit moi qui écrivons quelque chose à la guitare et ensuite on arrive en répète avec et tout le monde y met sa patte. C’est important pour moi que toutes nos chansons soient un mix de nous quatre.

C’est surprenant comme la même chanson peut sonner complètement différemment lorsqu’elle est  jouée par différents musiciens.
Le fait que nous ayons tous des influences différentes aide à créer l’identité de Voodoo Kills.

voodoo1

D’où tires-tu ton inspiration pour les paroles des chansons?

Le monde qui m’entoure. Je passe énormément de temps en tant que “spectatrice”. J’observe, j’analyse et parfois, j’en fais une chanson.
J’écris aussi sur ma vie personnelle. J’essaye de raconter mon histoire, donner mon opinion.
Les gens sous-estiment le pouvoir que les paroles d’une chanson peut avoir. C’est un outil de communication pour connecter avec des gens “comme toi”.

J’aime parler des différences et du regard des gens sur les gens comme “nous”, les freaks. J’aime en parler car j’aimerais que ces gens-là qui se sentent à part (comme je me suis toujours sentie) comprennent que la différence est une force pas une faiblesse.

Ca fait cliché mais rien ne me déprime plus que de voir des gens faire comme tout le monde ou de rentrer dans un moule créé par une société qui me dégoûte. Personne ne devrait être assez con pour suivre et ressembler à tout le monde.

D’où provient le nom du groupe ?

Je me suis réveillée un matin avec le nom en tête et voilà! (rires)

 

 

Pour plus d’infos sur Voodoo Kills, rendez-vous sur leur page Facebook en cliquant ici.

 

Christophe Pauly
A propos Christophe Pauly 485 Articles
Journaliste et photographe du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.