« Renfield », thérapie pour codépen-dents

Renfield
de Chris Mckay
Comédie d’horreur
Avec Nicholas Hoult, Nicolas Cage et Awkwafina
Sorti le 10 mai 2023

La carrière de Nicolas Cage ressemble à s’y méprendre à des montagnes russes cinématographiques. Après être devenu un des acteurs les plus bankables du monde entre la fin des années 90 et le début des années 2000, il s’est de plus en plus enfoncé dans des petites productions, enchaînant les films parfois d’un kitsch incroyable. Après être passé ces deux dernières années par le western (The Old Way), le film d’action japonais totalement barré (Prisoners of the Ghostland), ou encore avoir interprété son propre rôle dans Un talent en or massif, voilà qu’il s’attaque à un rôle légendaire : celui de Dracula. Pourtant, dans Renfield, Dracula n’est pas le principal protagoniste. Le film raconte en effet l’histoire de Renfield, une des victimes du comte Dracula dans le roman de Bram Stoker et son assistant. Après 90 ans au service du comte Dracula à qui il doit apporter des victimes et répondre à ses désirs, Renfield en a assez de sa condition. En Nouvelle-Orléans, où il s’est réfugié avec son maître, il va découvrir un groupe d’entraide pour des personnes embarquées dans des relations de codépendance. Un groupe qu’il va vouloir aider mais qui va aussi l’aider dans sa relation plus que compliquée avec son patron.

Autant le dire tout de suite, Renfield ne plaira guère aux bougons centrés sur la justesse du récit et son adéquation avec l’œuvre originelle de Bram Stoker. Mais le film de Chris McKay, à qui l’on devait déjà Lego Batman : le film et The Tomorrow War, arrive à nous emmener directement dans un univers totalement fou qui mêle allègrement humour et geysers d’hémoglobine. À l’image de la carrière de Nicolas Cage, ce film promettait d’être génial ou totalement insupportable. Heureusement, c’est clairement la première option qui prend le pas. Bien sûr, le scénario un peu facile de Ryan Ridley ne nous réserve pas d’énormes surprises et ne nous tiendra pas en haleine durant 1h30. Mais ce Renfield ne revêt pas d’ambitions démesurées pour se concentrer sur le principal : nous offrir un moment de plaisir intense. Sans tomber dans le potache d’un Scary Movie, Renfield va plutôt chercher ses inspirations du côté de Zombieland, Shaun of the Dead ou Warm Bodies.

Bien que facile et cousue de fil blanc, l’histoire tient la route et la performance de Nicholas Hoult (Renfield) et Awkwafina (Rebecca Quincy) tient la route. Mais le point d’orgue, c’est sans conteste Nicolas Cage en Dracula qui nous offre tout ce qu’il sait faire de mieux. Des mimiques, des exagérations, du show, toutes les raisons pour ses fans de l’aimer et ses détracteurs de le détester. Renfield, la meilleure heure et demie de plaisir assumé dans une ambiance de folie depuis France-Argentine en finale de la Coupe du Monde 2022.

A propos Olivier Eggermont 117 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

1 Rétrolien / Ping

  1. « Longlegs », retour du meme

Les commentaires sont fermés.