Prince of cats, un Shakespeare alternatif

Scénario : Ronald Wimberly
Dessin : Ronald Wimberly
Editeur : Dargaud
Sortie : 23 août 2019
Genre : Drame

Parmi les sorties du mois d’août aux éditions Dargaud, les lecteurs seront attirés par l’adaptation française de Prince of cats, un roman graphique de Ronald Wimberly, initialement sortie chez DC Comic. Ce récit est la transposition du drame de Shakespeare, Romeo et Juliette, dans l’univers tumultueux du Brooklyn des années 80, où les duels au sabre côtoient les beats du hip-hop, du punk, du disco et de la new wave.

Dans cette version, l’auteur se concentre sur Tybalt, surnommé ironiquement « le prince des chats », et sur son gang, les Capulet, qui se battent tous les soirs contre leurs ennemis jurés, les Montagues. L’histoire reprend donc dans les grandes lignes les antagonismes présents entre les deux familles dans la version originale, modifiant uniquement certains aspects pour le fondre dans le New-York des années 80. On retrouve cette ambiance aussi bien dans le dessin qui se teinte parfois de touches psychédéliques que dans les lieux et ambiances mais également dans les dialogues.

Néanmoins, l’originalité de l’univers visuel de Ronald Wimberly est d’insérer des emprunts de la culture japonaise, tant dans les tenues vestimentaires, les armes ou la philosophie des personnages. A cet égard, certains aspects du récit peuvent faire penser au film de Jim Jarmusch, Ghost Dog.

Romeo et Juliette est une histoire universelle, raison de son succès et également de son nombre important d’adaptations. Prince of Cats apporte, grâce à son univers visuel dynamique ainsi que ses dialogues faits de joutes verbales croustillantes, sa pierre à l’édifice. Dialogues que l’auteur a voulus en phase avec son époque, tout en gardant à certains endroits les passages originaux de l’œuvre de Shakespeare.

Le lecteur doit donc s’accommoder de ce parti pris, qui paraîtra parfois anachronique, principalement dans la version française. Néanmoins, une fois le pas franchi, il plongera avec plaisir dans cet univers de gangs qui se battent pour l’honneur plus que pour des territoires, pour ces adeptes du street art dont les répliques sont aussi effilées que leur katana. Prince of cats est donc un mariage réussi entre trame intemporelle et actualité toujours présente dans de nombreux quartiers de nos villes.

Vincent Penninckx
A propos Vincent Penninckx 67 Articles
Journaliste du Suricate Magazine