« Le tatoueur d’Auschwitz », un témoignage inédit sur le camp

Titre : Le tatoueur d’Auschwitz
Autrice : Heather Morris
Editions : J’ai Lu
Date de parution : 6 janvier 2021
Genre : Roman historique

76 ans après la libération du camp d’Auschwitz, on pourrait avoir l’impression que tout a été dit. C’est pourtant un témoignage inédit que nous rapporte Heather Morris. Ce n’est qu’après la mort de sa femme en 2003 que Lale Sokolov, homme d’affaire australien, a accepté de livrer son histoire à la romancière : il était tatoueur à Auschwitz. Ce dernier a attendu tout ce temps car il gardait un fort sentiment de culpabilité d’avoir travaillé pour les Allemands (ce qui explique aussi que l’on n’ait pas vraiment de témoignages de tatoueurs rescapés des camps de la mort) et avait promis à sa femme de garder leur histoire pour eux afin d’avoir la meilleure vie possible, loin des souvenirs du camp.

Si on parle de leur histoire, c’est que le récit de ce tatoueur d’Auschwitz est aussi une histoire d’amour. Une histoire qui a commencé par un coup de foudre pendant une séance de retatouage de femmes dont l’inscription commençait à s’effacer. De par sa position privilégiée (il peut se déplacer facilement dans le camp, il a des rations supplémentaires et il dort dans sa propre chambre), Lale va prendre tous les risques pour entretenir une relation avec Gita et survivre ensemble à l’enfer. Le jeune homme débrouillard et polyglotte va aussi, par la même occasion, aider les gens autour de lui ou survivre aux différentes épreuves comme ressortir du terrible Block 11 (qui servait pour les interrogatoires et les exécutions).

Pour bien aborder cet ouvrage, il faut s’attarder sur la postface où l’autrice indique que l’histoire a été retranscrite au départ comme le scénario d’un film. Le projet est devenu un livre qu’après n’avoir pas réussi à convaincre des producteurs (le livre ayant été un best-seller mondial, une série télé serait en préparation). Grâce à cette information, on peut comprendre le travail d’Heather Morris qui a été vivement critiqué par les historiens pour ses imprécisions et ses erreurs historiques.

Malgré tout, la plume de Morris fonctionne et on plonge d’une traite dans l’histoire de Lale Sokolov. Car cette histoire est un témoignage inédit sur la vie à Auschwitz et une superbe histoire d’amour au cœur de ce que l’homme peut créer de pire.

A propos Loïc Smars 376 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du Suricate Magazine