« La Guerre du pavot », un univers de fantasy à découvrir

Titre : La Guerre du pavot
Autrice : R.F. Kuang
Editions : Actes Sud
Collection : Exofictions
Date de parution : 1er juillet 2020
Genre : Fantasy

Figurant sur les listes des plus prestigieux prix de science-fiction (Nebula, Locus, World Fantasy Award), La Guerre du pavot est le premier roman de Rebecca F. Kuang. Un premier récit paru dans la collection Exofictions chez Actes Sud, et qui en appelle d’autres, au vu de la richesse de l’univers créé.

Deux pays s’affrontent depuis des siècles : l’immense empire de Nikara et une petite île voisine, Mugen. Jeune orpheline, Rin décide de tout faire pour échapper au mariage qu’ont arrangé ses parents adoptifs. Aidée d’un bibliothécaire qui s’est pris d’affection pour elle, elle se met à étudier en vue du concours Keju, qui ouvre aux enfants les plus brillants du pays accès à l’académie militaire de Sinegard, chargée de former les futures élites de l’Empire. Sous l’égide d’un vieux maître fantasque et mystérieux, elle s’éveille peu à peu aux pouvoirs chamaniques qui sont les siens, mais quand la guerre larvée éclate de nouveau, sous les coups de boutoir de Mugen, l’Académie est dissoute et ses membres affectés à l’une des douze divisions des Douze Provinces qui composent l’Empire. Rin rejoint les sicaires de l’Impératrice…

Grâce à ce roman initiatique, Rebecca F. Kuang revisite le contentieux sino-japonais en créant un monde rempli de pratiquants d’arts martiaux, de pouvoirs magiques et de maîtres philosophes. Si certains aspects pourraient faire penser à Harry Potter, La Guerre du pavot est néanmoins beaucoup plus sombre et dure que les aventures du jeune sorcier. En effet, même si Rin va apprendre à découvrir son monde intérieur et si l’enseignement de son vieux maître dépasse la simple pratique des arts martiaux, le côté guerrier va se renforcer au fil du roman. La dernière partie du récit se focalisant d’ailleurs sur les affrontements entre les deux puissances et les questions existentielles par rapport aux pouvoirs shamaniques des principaux protagonistes.

Récit initiatique, La Guerre du pavot interroge les lecteurs sur la cruauté et le cycle sans fin de la guerre, sur la tendance à l’autodestruction des humains et sur l’utilisation des dieux et du surnaturel pour expliquer mais aussi justifier nos actions, bonnes ou mauvaises. C’est un roman passionnant de bout en bout, qui ravira les amateurs d’épopée fantasy.

Vincent Penninckx
A propos Vincent Penninckx 168 Articles
Journaliste - Responsable BD du Suricate Magazine