Great expectations ou la face cachée du miracle économique coréen

Great expectations
de Youm Jisun
Documentaire
Présenté dans le cadre des Korean Film Fridays

Dans le cadre des Korean Film Fridays, le centre culturel coréen de Bruxelles propose chaque vendredi un documentaire qui permet de se familiariser avec l’histoire récente de la Corée du sud. Contrairement à Our only wish qui traitait des mouvements sociaux dans la Corée des années 80, Great expectations retrace l’histoire de Daewoo, un des plus gros conglomérats du pays et avec lui, le récit des bouleversements économiques qui ont fait évoluer le pays pour l’amener d’un pays dévasté par la guerre à celui d’un des états les plus développés économiquement sur la planète.

Si le film Default présenté dans le cadre du 8ème festival du film coréen de Bruxelles avait pour objet la crise financière de 1997, le documentaire de Youm Jisun s’attache à nous montrer comment nous en sommes arrivés là, où en tout cas, dévoile une des facettes du problème, à savoir une trop grande confiance dans le modèle des conglomérats et une trop forte connivence entre ceux-ci et le monde politique.

Too big to fail

Le documentaire se compose de deux parties, la première narrant l’ascension de Daewoo et la réussite du modèle des conglomérats et du tout à l’exportation pour développer rapidement le pays, la seconde partie montrant les limites du modèle et les fissures dans celui-ci. Pour tous ceux qui s’intéressent à l’économie, Great expectations est un documentaire éclairant car il fait taire certaines croyances sur un modèle économique uniquement basé sur les exportations d’une part et d’autre part, il peut dès lors servir de base et d’alerte à tous ceux qui voudraient aveuglement suivre cette voie.

Un second attrait du documentaire est de montrer l’évolution de la société coréenne, dans un premier temps, prête à tous les sacrifices pour la réussite du pays, et par la suite, une conscience des travailleurs émargeant, désireuse de partager les fruits de la croissance. Ceux qui auront vu Our only wish pourront d’ailleurs tracer un parallèle avec l’éveil des consciences politiques au milieu des années 80 : la société évoluant sur les plans politiques et économiques, des revendications naissent pour une plus grande justice sociale et de meilleurs droits.

La série Modern Korea lancée dans le cadre des Korean Film Fridays est un excellent moyen de comprendre les évolutions politique, sociales et économiques vécues par un pays s’engouffrant en un temps record dans ce que les occidentaux appellent la modernité. Et en analysant celles-ci, elles permettent aussi de nous interroger sur notre propre modernité et les évolutions qui ont eu lieu dans notre propre pays.

A propos Vincent Penninckx 228 Articles
Journaliste - Responsable BD du Suricate Magazine