Diane de Poitiers de Didier Le Fur

auteur : Didier Le Fur
édition : Perrin
sortie : février 2017
genre : histoire

Diane de Poitiers a laissé son empreinte dans l’Histoire comme la « maîtresse absolue » de Henri II, deuxième fils de François Ier et roi de France marié à Catherine de Médicis. De 19 ans plus âgée que son royal amant, cette histoire d’amour hors-norme dérange. Certains disent qu’elle aurait ensorcelé le roi, d’autres qu’elle le contrôlait totalement… mais quelque fut l’ascendant qu’elle eut sur le roi, il ne cessera de l’aimer jusqu’à sa mort brutale à l’issue d’un tournoi de joute où la lance de son adversaire lui traversa un œil. Mais qui était réellement Diane de Poitiers ?

Didier Le fur a entrepris la lourde tâche de faire la lumière sur le destin incroyable de la duchesse de Valentinois. Il a épluché tous les documents la concernant qui ont été écrit sur ou par elle, en tentant de démêler le vrai du faux, essayant de faire une distinction entre l’image qui a été donnée d’elle et qui elle était réellement. Et il se trouve que Diane de Poitiers n’a été que peu présente dans les documents officiels et en est même pratiquement absente avant l’avènement de Henri II sur le trône de France.

Jeune fille de la noblesse, sa famille gravite dans l’entourage du roi depuis plusieurs générations. Elle obtient la charge de fille d’honneur de Louise de Savoie, la mère de François Ier. Et depuis, et jusqu’à la mort de Henri II, elle passera sa vie dans l’ombre des puissants de son temps endossant tour à tour les rôles de gouvernante des enfants royaux, grande sénéchale, maitresse du roi, mais ne faisant jamais de vagues si ce n’est pour défendre son patrimoine et consolider sa fortune pour la transmettre à ses descendants.  On est loin de l’image d’une maîtresse perverse qui gouverne le roi à l’aide de philtres magiques bien qu’on ne puisse démentir qu’elle fut ambitieuse.

Les écrivains qui ont suivi ceux de la Renaissance française ont écrit a posteriori sur le règne de Henri II et ils voulurent trouver un coupable à toutes les guerres qui survinrent durant son règne (sur 20 ans de règne, il n’y eu que 3 ans de paix) qui fut tout désigné en la personne de Diane de Poitiers. Ainsi, chaque nomination, destitution, demeures ou propriétés acquises, faveurs octroyées et décisions du roi dans toutes le affaires courantes lui sont imputées. Or, il se trouve que la duchesse de Valentinois n’avait qu’un poids très mesuré dans les affaires de l’Etat. Peut-être que son seul tort est d’avoir été ambitieuse, mais il est peut-être envisageable qu’elle aimait vraiment le roi de presque 20 ans son cadet et qu’elle fut probablement pour lui, la seule personne en qui il pouvait avoir confiance.

Biographie sérieuse, Diane de Poitiers jette une lumière nouvelle sur un personnage de légende auréolé de mystère tour à tour honni ou adoré selon les époques et le rôles que l’on a bien voulu lui accorder.

Daphné Troniseck
A propos Daphné Troniseck 248 Articles
Journaliste du Suricate Magazine