[Avignon OFF 2016] Les amants de Montmartre, au Théatre des Brunes

les amants de montmartre

D’après Courteline et chansons d’époque mise en scène Clemence Carayol avec France Renard, Michaël Louchart et Jef Kino

Du 7 au 30 juillet (relâche les 12, 19, 26 juillet) à 11h40 au Théâtre des Brunes au Festival OFF à Avignon

Il est de ces pièces à Avignon que l’on trouve par hasard. On arrive trop tard pour notre premier choix, on s’arrête devant un théâtre et l’on y entre, attiré par le visuel inspiré de la fameuse affiche du chat noir et par l’ambiance Montmartre du début 20ème que cela suggère. C’est aussi par hasard que l’on rencontre France Renard, l’actrice principale, connue dans nos contrée pour avoir joué dans Faites l’amour avec un belge de Mickael Dufour pendant plusieurs années. C’est décidé, on prend nos tickets et on gravit la butte à la rencontre de ce trio d’acteurs.

Basé sur des textes courts de Courteline et sur les chansons de cette époque, Les amants de Montmartre retrace une tranche de vie de 1910 à 1920. Au cœur de guinguettes, des jupons qui virevoltent, des verres en terrasse au son de l’accordéon, on découvre René, un gars du coin et son histoire d’amour avec Marguerite, la serveuse au caractère bien trempé. Leur relation va évoluer devant nos yeux sous l’œil complice de Gustave, l’ami de toujours.

Du décor aux costumes, de la gouaille des acteurs aux chansons et musiques, tout nous plonge avec délectation dans cette époque nostalgique. Le banc, la terrasse, les bretelles, l’accordéon, un uniforme de la Der des Ders, une atmosphère joyeuse au milieu de la difficulté de la vie : la reconstitution de Montmartre sur cette petite scène du Théâtre des Brunes est impeccable.

Si la forme est réussie, elle l’est aussi grâce aux trois comédiens qui semblent captivés par leur projet. France Renard charme le public par sa voix et son sex-appeal, Michael Louchart a la gouaille du parisien de l’époque, mais c’est Jef Kino  qui va tirer pleinement son épingle du jeu : il est partout, il porte la pièce à bout de bras à coup de répliques impertinentes et savoureuses ainsi qu’avec son accordéon et ses chansons. Il semble au départ n’être que le musicien qui accompagne les comédiens, il devient au fur et à mesure de la pièce, le personnage central de cette histoire.

Les amants de Montmartre vaut surtout pour son ambiance, ses chansons et ses trois comédiens. Pas de grande originalité dans cette pièce : l’histoire est simple, il n’y a pas de messages précis à faire passer, juste la volonté de faire passer au public un bon moment, loin de notre époque moderne. Et l’immersion dans cette ambiance particulière est une totale réussite.

 

Loïc Smars
A propos Loïc Smars 316 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.