La Dame à la Licorne de Tracy Chevalier

La dame à la licorne

auteur : Tracy Chevalier
édition : La Table Ronde
sortie : octobre 2015
genre : roman historique

Lorsque Jean le Viste, notable français qui a les faveurs du roi, commande un ensemble de tapisseries grandioses pour orner la salle centrale de sa demeure à Nicolas des Innocents peintre miniaturiste à la Cour, il ne se doute pas de l’impact qu’elle aura sur la vie des gens qui l’entourent.

Nicolas est un coureur de jupon invétéré, parisien jusqu’au bout des ongles mais pourvu d’un grand talent pour la peinture ce qui le rend plutôt imbu de sa personne. N’ayant jamais peint de bataille comme l’a stipulé son client et avec l’accord de Geneviève de Nanterre la maîtresse de maison, il lui préfère le sujet de la séduction de la licorne, thème qui lui est inspiré par le jeu amoureux qu’il mène avec Claude, la fille aînée des le Viste.

Pour être certain que ces dessins qui représentent le visage de Claude seront réalisé à l’identique, il ira jusque dans la famille de lissiers dans le Bruxelles du XVe siècle. Orgueilleux, il s’en fera pourtant des amis malgré sa langue bien pendue. Apportant la gloire aux uns ou la tristesse à d’autres, ces tapisseries vont profondément transformer leurs existences.

Tracy Chevalier arrive avec brio à nous transporter dans les villes de Paris et de Bruxelles à la charnière entre le Moyen Âge et la Renaissance où l’on se croirait presque téléporté tant les descriptions des lieux sont bien réalisées. Le livre est scindé en chapitres où c’est chaque fois un personnage différent qui a la parole. C’est une chose qui n’est pas aisée que de se mettre dans la peau de ces protagonistes et de les faire parler juste selon leur personnalité, leur caractère, leurs espoirs et leurs failles et il faut préciser que l’auteure y parvient sans mal.

La Dame à la Licorne, qui fait un peu penser à la série Les Ateliers de Dame Alix de Jocelyne Godard parce qu’elle traite du même sujet, c’est-à-dire les tapisseries et l’art des lissiers, nous peint en un seul ouvrage l’image d’une vie et d’un temps révolu dont il ne reste que quelques objets d’art et ces tapisseries grandioses témoin du savoir-faire et de l’imagination sans égal des artistes européens.

Un beau récit qui mêle histoire, art et amour avec une belle fluidité dans l’écriture et un découpage intéressant qui permettent une lecture facile et rapide. Un trio gagnant pour passer un bon moment.

Daphné Troniseck
A propos Daphné Troniseck 248 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.