Blade Runner 2049 : dystopie, cyberpunk et réplicants

Blade Runner 2049

de Denis Villeneuve

Science-fiction, Thriller

Avec Ryan Gosling, Harrison Ford, Jared Leto

Sorti le 4 octobre 2017

En 1982 sortait Blade Runner, un projet cinématographique inspiré d’une nouvelle de Philippe K. Dick et porté à bout de bras par un certain Ridley Scott (Alien, Prometheus, Gladiator). Le film ne rencontre pas tout de suite le succès et est durement reçu par les critiques. Ridley Scott lui-même n’est pas satisfait du montage final, qui plus est imposé par la production. Toutefois, au fil des années – et des nombreuses versions -, le film atteint le statut de film culte et pose une empreinte indélébile dans le monde très fermé de la science-fiction et du courant cyberpunk. Autant dire que prendre les rennes d’une telle suite tenait d’un pari – très – risqué.

Ce n’est donc que plus de trois décennies plus tard que Denis Villeneuve, qui s’est illustré ces dernières années avec Incendies, Sicario, Prisoners ou plus récemment, Premier Contact, ose reprendre le flambeau. Dès les premières minutes du film, pas de doute, nous sommes de retour dans l’ambiance néo-noire, dystopique et technophobe propre à l’un des papes de la SF : Philippe K. Dick. Un univers exhaustif et visuellement très impressionnant dans lequel le réalisateur n’a pas peur de jouer sur les teintes, la lumière, une bande son oppressante et des ambiances à la limite de l’antinomique et du métaphysique.

Sans en révéler le cours de l’intrigue, Blade Runner 2049 pose fondamentalement les mêmes questions que son prédécesseur : où sont les limites de la conscience et de l’intelligence artificielle ? La différence entre humain, et androïde/réplicant ? Et finalement, que veut dire être “humain” ? Tant de questions qui animent une pléiade d’acteurs aussi remarquables qu’éclectiques, de Ryan Gosling à Robin Wright en passant par Jared Leto, Ana de Armas et l’inusable Harrison Ford.

Relativement contemplatif tout au long de ses plus de 2h30, Blade Runner deuxième du nom, nous laisse cependant un peu sur notre faim, ouvrant de nombreuses pistes, nourrissant des réflexions très pertinentes, mais sans vraiment y apporter une proposition de réponse ou même un dénouement clair … à l’instar du film original.

En bref, Blade Runner 2049 est un film de science-fiction à ne pas mettre devant toutes les paires d’yeux, puisqu’il enchantera davantage les véritables amateurs de science-fiction que le tout grand public. A l’instar d’oeuvres telles que 2001, l’Odyssée de l’espace ou plus récemment Interstellar, le film de Denis Villeneuve manque probablement de lisibilité pour se faire une place de choix au box office mais ne manquera pas de s’inscrire dans les lettres de noblesse de la science-fiction.

Quentin Geudens
A propos Quentin Geudens 95 Articles
Journaliste du Suricate Magazine