Tenue correcte exigée par Stuf et Janry

Tenue correcte exigée

scénario : Janry
dessin : Stuf
éditions : Dupuis
sortie : janvier 2015
genre : Gag, humour

Passe-moi l’ciel fait partie des incontournables de la bande dessinée humoristique belge. Devenue l’une des histoires préférées des abonnés du journal Spirou, cette saga récurrente est, depuis près de vingt ans, déclinée en albums qui lui sont intégralement dédiés.

Cette année, le septième tome a montré le bout de son nuage. Intitulé ironiquement Tenue correcte exigée, ce nouvel album s’inscrit dans la plus pure lignée de la série. Saint-Pierre est toujours aux commandes du paradis où les situations farfelues se succèdent. Malgré cette trame inchangée, nous avons noté une présence plus accrue de l’enfer. Cette dernière se réservant exclusivement de nombreuses planches.

Ce choix n’est pas dérangeant, loin de là. Mais l’on pourrait y voir une certaine érosion du sujet. Et pour cause, Passe-moi l’ciel a été imaginé au départ comme un gag en quelques cases sur l’entrée au paradis. Dès lors, devoir en décliner toute une saga n’est pas une mince affaire.

Mais Janry et Stuf ne sont pas des néophytes et leur imagination ne souffre d’aucune limite. Les gags sont toujours drôles et le trait de crayon vient enrichir davantage le propos drôlatique. De fait, nombreuses sont les blagues qui se terminent par une case muette où le dessin est le seul élément titillant les zygomatiques du lecteur.

Cependant, un bémol est à souligner. À force d’en avoir lu, nous avons eu le sentiment que Janry a choisi la solution de facilité. Si nous aurions aimé lire des vannes astucieuses, nous avons plutôt eu l’occasion de suivre une série de potacheries infantiles, ce qui est assez décevant.

Outre cela, tout au long de la lecture, nous n’avons pu nous enlever de l’esprit l’image funeste des attentats de Charlie Hebdo. De fait, la moquerie religieuse, bien présente ici, de même que le pastiche ont été les marques de fabrique des dessinateurs décédés. Nous les aurions donc bien vu face au Saint-Pierre de Janry et Stuf.

En résumé, ce tome 7 s’inscrit parfaitement dans la lignée de la saga. Gags et facéties sont au programme. Nous regretterons seulement un humour trop premier degré.

Matthieu Matthys
A propos Matthieu Matthys 802 Articles
Directeur de publication - responsable cinéma et littérature du Suricate Magazine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.