La révolution dans la peau de Serge Rubin

la-revolution-dans-la-peau

auteur : Serge Rubin
édition : Talents Hauts
sortie : août 2016
genre : roman

1789. Lucile est fille de planteurs de canne à sucre dans la lointaine Guadeloupe, colonie française où les esclaves sont trois fois plus nombreux que les Blancs qui les exploitent et les traitent comme du bétail. Lucile pense que tout cela est normal, que c’est l’ordre des choses. Elle qui a toujours vécu dans ce monde-là, ne s’est jamais posé de questions. Jusqu’au jour, quelques temps après son mariage, où elle doit rejoindre la métropole parce que les soubresauts de la Révolution française ont secoué les plantations et fait souffler un vent de révolte sur l’île. En cause ? La toute jeune république a déclaré tous les hommes égaux. Si cette idée révolutionnaire s’applique aux îles productrices de canne à sucre dont l’Europe est friande, les planteurs devront libérer leurs esclaves et de surcroît les payer pour le travail accompli. De quoi tous les mener à la ruine. C’est pourquoi le mari de Lucile doit plaider la cause des planteurs auprès des instances compétentes sur le continent.

Le jour de son départ, Rose la nourrice de Lucile lui donne une lettre qu’elle ne pourra lire que lorsque le bateau sera très loin de l’île. C’est alors qu’elle découvre que Rose, l’esclave noire au service de sa famille, est en fait sa mère. Celle-ci a profité de la blancheur inhabituelle de sa peau de pour l’échanger avec le bébé de sa maîtresse morte dans son berceau. Lucile ne peut pas le croire : elle, une fille d’esclave ? Noire à l’intérieur et blanche à l’extérieur ? Pourtant, petit à petit, l’idée fait son chemin dans son esprit et la naissance de son petit garçon à la peau d’ébène va complètement changer sa façon de penser l’esclavage et la mener à reconsidérer la valeur humaine.

La révolution dans la peau est donc un livre qui a pour sujet la traite négrière et tout ce que l’esclavage peut soulever comme questions éthiques et humanistes. C’est toute la métamorphose de la pensée de l’héroïne qui nous est donnée à lire et qui constitue le fil conducteur de ce récit mouvementé.

Si les épisodes se suivent à un bon rythme ne provoquant aucun temps mort, on déplore néanmoins un manque de profondeur dans la description des personnages et dans les développements de liaison entre certains chapitres. Certaines tranches de vie sont mises de côté comme volontairement oubliées pour ne mettre en exergue que les passages qui traitent de l’esclavage et du combat des protagonistes pour l’abolir. Cependant, cet ouvrage reste bien documenté et se lit facilement.

Une belle initiative de Serge Rubin en association avec les Editions Talents Hauts et soutenue par Amnesty International qui sera parfaite pour sensibiliser les plus jeunes et les ados sur l’une des pages les plus sombres de l’Histoire du monde.

Daphné Troniseck
A propos Daphné Troniseck 240 Articles
Journaliste - Responsable littérature du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.