L’heureux élu d’Eric Assous aux Galeries

D’Eric Assous, mise en scène de Martine Willequet avec Christel Pedrinelli, Nicole Oliver, Frédéric Nyssen, David Leclercq et Nicolas Buysse. Du 12 septembre au 7 octobre au Théâtre Royal des Galeries.

Greg et Mélanie, quadragénaires de gauche, reçoivent Jeff, aussi quadragénaire de gauche au chômage et héritier d’une coquette petite fortune qui ne le rend pas heureux pour autant. Juste avant son arrivée, Charline, amie de longue date refait surface après une absence silencieuse à New York. Et elle ne vient pas seule, elle vient avec son fiancé, Noël, et le mariage est prévu dans deux mois. Il est « bizarre » selon Charline, qui demande déjà la présomption d’innocence alors qu’il n’est même pas encore physiquement là. La curiosité est piquée chez les personnages comme chez le spectateur.

L’heureux élu ? Peut-on accepter toutes les opinions ? Peut-on accepter qu’une amitié soit friable à cause d’une relation amoureuse ? Peut-on accepter l’heure des vérités ? Peut-on tenir sa morale face à quelqu’un qui semble ne pas en avoir ? Et ce n’est pas toujours celui auquel on pense.

Eric Assous pose sur ses personnages un regard sans jugement, il pose des caractères et des réactions fluides d’une situation à l’autre. Aucun parti pris de mettre plus en avant l’une ou l’autre manière de réagir. Et rien dans les dialogues non plus n’indique une quelconque prise de position. Chacun joue  selon ses propres schémas et valeurs morales et à aucun moment le spectateur ne peut se raccrocher à l’un ou l’autre qui ferait pencher la balance.

Tout aussi entre deux chaises que Greg et Mélanie qui tentent de garder l’église au milieu du village. Tout aussi amoureux de Noël qui a sauvé la vie de Mélanie. Tout aussi choqué que Jeff qui récuse totalement le comportement de celui qui le remplace désormais dans le cœur de Charline. Le spectateur ne se verra pas offrir une solution mais plutôt des questions.

Soulignons le personnage de Jeff, multi facettes, tout à la fois déprimé et optimiste, tout à la fois brave  et lâche, tout à la fois colérique et comique, présenté comme tel par Greg, qui réussit une superbe performance d’acteur. Ressort humoristique et attendrissant de la pièce, sorte d’écho courageux et sincère, n’hésitant pas à clamer haut ce qui dérange, à mettre les pieds dans un plat que les autres personnages attendent de voir devenir froid.

Dans le fond, la pièce est pertinente et actuelle, dans la forme, nous pourrons regretter un petit rien de désuet dans les effets comiques et dans l’effet vaudeville. Mais le moment passé sera agréable sans nul doute.

Elodie Kempenaer
A propos Elodie Kempenaer 67 Articles
Journaliste