Sois belge et tais-toi: “Quand ils sont élus, tout leur est du!”

Ecrit par Andre et Baudouin Rémy, mis en scène par Bruno Bulté, avec Baudouin Rémy, ­Sandra Raco, Manon Hanseeuw, Benoit Charpentier, Maxime Thierry. Du 12 au 15 décembre 2019, puis les 20, 21 et 31 décembre à La Madeleine à Bruxelles puis en tournée à Bruxelles et en Wallonie.

La 22ème édition de la revue Sois belge et tais-toi a été lancée le 5 décembre avec une soirée de gala à laquelle se sont joints de nombreux hommes et femmes politiques. Alors que  la scène politique belge prête toujours à rire tant les travers en sont nombreux, le spectacle n’hésite pas à enfoncer le clou sur la déliquescence de la Belgique.

Sois-belge et tais-toi permet de faire le tour de l’actualité des partis politiques belges en 2h30, avec un défi de taille cette année puisque les annonces concernant la formation du gouvernement vont amener les comédiens à faire évoluer le spectacle en cours de route pour y refléter les développements politiques.

George-Louis Bouchez, tout juste élu Président du MR fin novembre, a ainsi eu droit à une imitation en bonne et due forme et fut intronisé “grand schtroumpf bleu”. Présent dans la salle, il a du rire jaune tant son amour immodéré de la lumière a été mis en avant. Elio di Rupo a, quant à lui, été campé comme un personnage solitaire qui donne le temps au temps dans un jeu de faux-semblants avec Ecolo. Les auteurs se sont faits un plaisir de mettre l’accent sur sa capacité à parler pour ne rien dire.

Tous les partis politiques et leurs louvoiements sont passés au crible, du PTB à la NVA.  Les divergences entre wallons et flamands forment le cœur de la première partie du spectacle, avec une parodie poétique d’une chanson de Maurane devenue “tu es un autre”. Une reprise de Damso enfonce le clou avec des paroles sur “bye bye Belgium”.  Jan Jambon est présenté sous un jour débonnaire dans un duo avec Bart de Wever,  dans un des meilleurs sketchs du spectacle où son nom donne lieu  a des jeux de mots à n’en plus finir “jambon beurre, jambon a l’os, etc….”

Marine Le Pen fait une apparition dans le spectacle, qui n’hésite pas à traiter du thème (délicat) de l’immigration. Elle y campe une dominatrice armée d’une baguette qui inculque les principes de la préférence nationale aux pontes du Vlaams Belang. L’incontournable Greta Thunberg s’invite quant à elle à la table de la famille royale, avec un Phiphi coincé dans son rôle et une obséquieuse mimi qui font face a des enfants en lutte contre le changement climatique sur le mode ado rebelle.

La deuxième partie démarre en force avec un savoureux sketch sur le Brexit, avec Charles Michel dit “Charlo”  en majordome un brin maladroit au service de sa majesté, de Theresa May, d’Angela Merkel et de Boris Johnson. Tout cela rythmé sur une parodie de la chanson “résiste” de France Gall, transformée en “Brexit prouve que tu existes”. Stéphane Moreau et le scandale Nethys sont épinglés sur fond de principes “moreau” au rythme d’une série télévisée politique. Au niveau musical, on soulignera également des reprises de Stromae et Angèle.

Dans l’ensemble, sois-belge et tais-toi tient ses promesses et permet à tout un chacun de passer un bon moment, à rire sur le dos de ceux qui nous gouvernent. On notera la performance scénique et l’énergie de Manon Hanseeuw. Toutefois, dans l’ensemble la qualité des sketchs est assez inégale, avec des séquences chantées qui figurent parmi les moments les plus réussis du spectacle.

Suite à la fermeture du théâtre Saint-Michel, cette édition est jouée en décembre dans la salle de la Madeleine, avec un moindre confort (chaises en plastique) et sans dénivelé. Attention donc au placement pour profiter au mieux de ce moment.

Pour plus d’infos sur les dates de spectacle, la billetterie, la boutique en ligne, etc., rendez-vous sur www.soisbelge.be

Myriam Watson
A propos Myriam Watson 39 Articles
Journaliste du Suricate Magazine