Poutine : l’ascension d’un dictateur

Couverture de la bande dessinée « Poutine : l’ascension d’un dictateur » de Darryl Cunningham (Delcourt, 2022).

Scénario et dessin : Darryl Cunningham
Éditeur : Delcourt
Sortie : 11 mai 2022
Genre : Biographie, Essai

Dans une nouvelle biographie à charge en forme de bande dessinée, le journaliste et caricaturiste du New York Times Darryl Cunningham retrace les étapes de l’ascension au pouvoir de Vladimir Poutine. De ses débuts au KGB à sa mainmise sur le Kremlin en passant par la mairie de Saint-Pétersbourg, le parcours du président russe est fulgurant. Mais le nombre de victimes collatérales fait froid dans le dos. Poutine : l’ascension d’un dictateur est un ouvrage d’autant plus actuel qu’il démontre la logique du « système Poutine » et comment celui-ci a inexorablement mené au déclenchement de la guerre en Ukraine.

Homme brillant et calculateur ou mégalomane paranoïaque ?

Tout en offrant une biographie largement chronologique, Cunningham s’attache à décrypter le caractère de l’homme et à révéler la nature du système qu’il a mis en place peu à peu pour préparer son arrivée au pouvoir. Discret mais déterminé, Poutine entretient des liens étroits et encore largement mystérieux avec les services secrets russes. Luttant contre l’influence des oligarques ayant prospéré sous le gouvernement Eltsine, il entretient une relation ambiguë avec le secteur privé et se voit accuser de corruption lors de son passage à la mairie de Saint-Pétersbourg. Marina Salié, la femme politique et géologue russe qui dénonce la première ces malversations, en subira les conséquences : après l’élection de Poutine à la présidence en 2000, elle se retire dans un village isolé et arrête net tout contact avec la presse pour préserver sa propre sécurité.

Au fil des années, la liste des journalistes, militants et responsables politiques ayant fait l’objet de menaces et de tentatives d’empoisonnement après s’être opposés à la politique de Vladimir est impressionnante. Beaucoup ont payé leur engagement de leur liberté voire de leur vie… En soulignant le caractère systématique de ces « éliminations » plus ou moins réussies, l’auteur-dessinateur montre que la personnalité paranoïaque de Poutine y est pour beaucoup et dénonce la passivité des démocraties occidentales face à l’engrenage de la violence, non seulement au sein de la Russie mais aussi sur la scène internationale.

La passivité coupable des démocraties

Malgré les interférences de la Russie en Géorgie, en Afghanistan, en Syrie… et même dans les élections présidentielles américaines de 2016 ayant mené à la victoire de Donald Trump, les démocraties occidentales ont poursuivi une politique d’apaisement à l’égard du Kremlin qui, d’après l’auteur, a créé un sentiment d’impunité tel qu’il a permis à Poutine de lancer sans aucun scrupule une attaque armée contre l’Ukraine en février 2022.

Si les illustrations n’apportent pas beaucoup de valeur ajoutée par rapport au texte, Poutine : l’ascension d’un dictateur a l’avantage d’offrir une biographie accessible, documentée, et engagée qui éclaire la situation actuelle et les dérives de la personnalisation du pouvoir. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à vous plonger dans l’essai de Michel Eltchaninoff, Dans la tête de Vladimir Poutine.

A propos Soraya Belghazi 269 Articles
Journaliste - Responsable Arts/Expos/Musées du Suricate Magazine