Idéal standard, ou « comment trouver le bon »

Extrait du roman graphique « Idéal standard » d’Aude Picault (Dargaux, 2022)

Couverture du roman graphique « Idéal standard » d’Aude Picault (Dargaux, 2022)

Scénario et dessin : Aude Picault
Éditeur : Dargaud
Sortie : 24 juin 2022
Genre : Roman graphique

Sortie en grand format en 2017, voici une nouvelle édition au format poche (et à moitié prix !) de la bande dessinée Idéal Standard d’Aude Picault. Un roman graphique plein d’humour et de tendresse qui dénonce les dégâts du sexisme ordinaire sur le couple et qui réconfortera toutes les trentenaires célibataires !

La quête de l’homme idéal…

Infirmière en néonatologie, Claire a 32 ans et rêve de rencontrer l’homme idéal… ou plutôt juste un homme sympa, bienveillant, qui serait prêt à s’installer avec elle et à lui faire un enfant. En pratique, sa quête du « bon » mec se révèle plus compliquée que prévu. Jusqu’à ce qu’elle rencontre Franck, qui lui propose d’emménager chez lui. Serait-ce le bon ?

L’horloge biologique, l’amitié féminine, le désir, ou encore la confiance en soi font partie des nombreux thèmes abordés via le personnage de Claire – auquel de nombreuses femmes peuvent s’identifier. Le trait doux et aux angles arrondis d’Aude Picault rend son personnage encore plus sympathique. Le coloriage partiel avec une teinte jaune clair dominante et quelques petites touches occasionnelles de bleu et de rose enforce l’impression de douceur et de simplicité : malgré sa vie pas toujours simple, Claire ne veut finalement pas la lune. Pas l’homme parfait ni même un « idéal standard », mais juste quelqu’un qui l’aime et la comprenne.

… face à l’échec du couple

Car le cœur du récit se trouve justement dans le titre. Est-ce que les attentes des femmes comme Claire sont irréalistes ? Est-ce que le standard idéal auquel elles aspirent, à savoir une vie de couple avec enfants, n’est pas finalement une source de frustration plutôt que d’épanouissement ? En jouant subtilement avec les clichés hommes-femmes, l’autrice-dessinatrice montrent comment les stéréotypes de genre (des deux côtés) rendent difficile l’épanouissement du couple, les deux partenaires ayant souvent des attentes trop éloignées pour véritablement se rejoindre sans que l’un-e d’entre eux ne renonce à son épanouissement.

Idéal Standard est pourtant loin d’être une BD déprimante. Les tribulations de Claire nous rappellent au contraire que le couple n’est pas l’horizon ultime du bonheur, et que, même s’il vaut la peine qu’on se batte pour lui, le plus important est d’être en accord avec soi-même !

A propos Soraya Belghazi 269 Articles
Journaliste - Responsable Arts/Expos/Musées du Suricate Magazine