« On ne touche pas », un effeuillage décapant !

Titre : On ne touche pas
Autrice : Ketty Rouf
Editions : Albin Michel
Date de parution : 19 août 2020
Genre : Roman

On ne touche pas est le premier roman de Ketty Rouf, et quel roman ! 

L’auteure aborde deux univers que l’on pourrait croire antagonistes : celui de l’enseignement avec ses difficultés et celui de la nuit avec ses parures et ses paillettes. Loin de se limiter à lancer de la poudre aux yeux en parlant de sujets délicats, Ketty Rouf invite le lecteur à suivre avec humour et réflexion le personnage de Joséphine, une enseignante en philosophie de 35 ans fatiguée par son métier. Elle est écœurée par un système qui ne lui vient pas en aide pour lui permettre d’exercer une quelconque autorité sur ses élèves. Elle doit comprendre que porter plainte nuirait à la réputation de l’école, réputation qui n’est déjà pas au beau fixe. Elle doit savoir noter les élèves non pour la valeur de leur travail, mais pour atteindre la moyenne de réussite demandée par le directeur. Aucune chance de pouvoir exercer un quelconque esprit critique dans ce contexte, ni des réflexions philosophiques qui sont pourtant tellement ancrées en elle. A bout de souffle de ce quotidien, la jeune femme décide de prendre des cours d’effeuillages pour après se produire dans un cabaret plusieurs fois par semaine. Joséphine devient alors Rose Lee… deux âmes unies dans un être. C’est par ce nouveau monde qu’elle se réconciliera avec son corps, avec son image et qu’elle apprendra, dans une réelle mise à nu, qui elle est.

Loin de faire dans le politiquement correct, Ketty Rouf nous livre l’envers de la société aussi bien au niveau du système sociétal que du monde de la nuit pour lequel on pourrait avoir certains préjugés. On pourrait croire à un monde vulgaire et superficiel, mais pourtant… L’auteure place la vulgarité ailleurs, peut-être dans ce décor que nous côtoyons chaque jour. Elle pose la question de ce qu’est la liberté de se trouver et non de se réconforter à coup de cocktails. Elle renverse, par le personnage de Joséphine et avec un cynisme hilarant, ce qui nous semble familier mais qui nous fait oublier de nous poser la question du : qui suis-je ? Un fondamental passant souvent à la trappe sous le couvert du métro-boulot-dodo.

Ce livre est écrit dans un style qui alterne légèreté et profondeur, philosophie et humour. Une véritable claque qui pousse à ralentir notre quotidien pour mieux nous trouver, mais nous incite aussi à voir d’un autre œil les autres types de mondes qui nous entourent.

A propos Maud Quertain 17 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

1 Rétrolien / Ping

  1. Le roman français... | Pearltrees

Les commentaires sont fermés.