« Une République lumineuse », un effroyable conte pour finir l’année…

Titre : Une République lumineuse
Auteur : Andrés Barba
Editions : Christian Bourgois
Date de parution : 28 mai 2020
Genre : Roman

Ancien directeur des services sociaux de San Cristobal, le narrateur nous livre l’histoire glaçante qu’il a vécue il y a vingt ans de cela. Fraîchement engagé dans ses nouvelles fonctions, 32 enfants âgés de 8 à 13 ans débarquent d’on ne sait où à San Cristobal. Doux euphémisme de dire que la cohabitation avec la population locale est difficile : ces enfants non scolarisés mendient, parlent une langue inconnue, zonent entre la ville et la forêt, pillent, volent et vandalisent. Le jeune directeur a beau essayer d’apaiser les esprits, les choses vont empirer jusqu’à ce que la situation dérape totalement…

Cette histoire finira mal, on le sait dès la deuxième ligne. Un peu comme dans les contes finalement (les versions originelles, pas les films édulcorés de tonton Disney), dont le roman reprend certaines caractéristiques : le contexte géographique de l’histoire est assez nébuleux -San Cristobal étant assez répandu comme nom de ville dans les pays hispanophones- on sait juste que la ville, proche de la jungle, est chaude et humide. Par ailleurs, l’auteur est volontairement avare de détails comme pour nous maintenir dans un flou universel. Aussi, la fin du récit nous donne à réfléchir, sans doute dans le but de nous façonner notre propre morale suite à cette expérience de lecture.

L’atout majeur de ce livre est sans conteste la façon dont Andrés Barba excelle à défigurer -et de façon brutale- l’image inoffensive et candide de l’enfance. En décrivant la crainte des habitants de San Cristobal de voir leurs propres enfants être « contaminés » par le comportement déviant des 32, il nous dépeint une métaphore assez violente du passage de l’enfance à l’âge adulte avec en toile de fond l’apologie de la transgression des limites fixées par les adultes à leurs chers petits. La menace plane aussi bien dans la fiction que dans la réalité, ce qui rend cette atmosphère tropicale encore plus pesante.

Dernier conseil : acheter Une République lumineuse, c’est à la fois la promesse d’une lecture mystérieuse, originale, fluide (en plus !) et intelligente, mais c’est aussi sauver un beau roman qui a eu la malchance de paraître en début de confinement alors que les librairies belges étaient fermées. Donnez-lui une chance, vous ne le regretterez pas !

A propos Emmanuelle Lorriaux 77 Articles
Journaliste