Lost River de Ryan Gosling

lost river affiche

Lost River

de Ryan Gosling

Thriller, Fantastique

Avec Christina Hendricks, Saoirse Ronan, Iain De Caestecker, Matt Smith, Eva Mendes

Sorti le 8 avril 2015

Ryan Gosling a depuis quelques années su s’implanter comme un acteur dit bankable, à savoir une valeur sûre du cinéma que les studios n’hésitent pas à placer en tête d’affiche. Qu’en est-il de sa réalisation, Lost River ? Une chose est certaine, ce film ne suit pas les rouages classiques de la formule hollywoodienne. Tourné en argentique, sans fioritures, se permettant des failles et des défauts, le résultat est indéniablement surprenant. Perdu dans le paysage fantomatique d’une Amérique ruinée et désillusionnée, le récit qu’a pondu l’acteur/cinéaste Gosling est celui d’une série de personnages fondus dans un décor d’étrange étrangeté. Il y a un peu de Lynch dans le traitement de la réalité, mais plus de couleurs dans le rendu. C’est le champ de ce qui dérange, de ce qui fait écho au vice et au tourment de la nature humaine qui sert de toile de fond au film.

Quelle est l’histoire ? Bones vit avec sa mère et son petit frère dans la maison de son arrière-grand-mère, à Lost River. La pauvreté est partout dans cette bourgade qu’une crise économique foudroyante a conduite à la désertion. Les bulldozers détruisent les carcasses de bicoques qu’on n’a pu sauver de la misère et le décor s’étiole au fur et à mesure sans que quiconque puisse y changer quelque chose. Comme un certain tableau de la fatalité imposée par un système qu’on n’aura de cesse de critiquer. Puis, très vite, on sent le scénario basculer vers un autre discours : celui de l’individu perdu dans sa propre destinée, un certain regard sur le déterminisme.

L’élément flagrant de Lost River réside dans la capacité de son réalisateur de se détacher des codes cinématographiques et d’y implanter la dimension de prise de risques nécessaires. Quoi qu’il en soit, on pourra conclure en soulignant que rien n’égale ce film que la surprise vient tamponner comme un coup de couperet. À voir, pour s’en convaincre.

Justine Guillard
A propos Justine Guillard 91 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.