Le jour où on mangera des sandwichs mous : une expérience unique au Théâtre Jardin Passion

Création collective de et avec Geoffrey Seron, Marie-Noëlle Hébrant, Maud Lefebvre, Sébastien Hébrant, Pierre Poucet. Du 30 novembre au 10 décembre 2022 au Théâtre Jardin Passion.

« Gardez précieusement toutes ces émotions pour vous. Et je n’ai pas l’habitude de dire ça, mais… N’en parlez à personne ! »

Comment décrire une pièce de théâtre qui nous a autant touchés sans pouvoir en parler ? C’était… On a vu… Et puis, on a vécu… Mais c’est surtout le moment où… Ou l’instant magique avec la…

Reprenons depuis le début. La pièce est annoncée à 20h30, nous arrivons une demi à l’avance. Dans cette rue sombre de Namur, au numéro 39 rue Marie-Henriette, une enseigne lumineuse tourne sur elle-même avec les lettres THEATRE, presque vivante. C’est là.

À l’intérieur, déjà le monde se presse, un verre à la main, dans l’attente du spectacle. Loin des théâtres aux murs froids, aux lieux impersonnels, ici, la décoration nous saute au visage. Nous sommes dans une caverne aux trésors. Les années, les amis, les rencontres ont ramené une multitude d’objets, de meubles, d’affiches qui ornent la pièce et fait briller nos yeux.

Nous ne venons pas simplement voir une pièce, nous venons réellement rencontrer une famille. La convivialité tant des lieux que des gens nous réchauffent le cœur et l’âme.

Il y a plus de 25 ans, Jacqueline Rouard réalisait un rêve. Ouvrir un petit théâtre à Namur. Pouvoir y accueillir des artistes de tous genres et surtout faire vivre un amour de la scène. Elle crée donc le Théâtre Jardin Passion. Au début, ce sont des ateliers théâtraux qui font vivre les lieux, mais très vite le bouche à oreille interpelle des professionnels qui veulent venir jouer dans ce petit théâtre au grand cœur. Et de là commence une magnifique histoire où les spectacles défilent, où les programmes se remplissent et où les dates affichent rapidement complet. Depuis 1990, ce cocon scénique entretient une amitié et une promiscuité avec son public. C’est une famille qui nous accueille (au propre comme au figuré).

Le jour où on mangera des sandwichs mous est une célébration de tout cet univers. Vous allez vivre une expérience unique, une fête de la vie, de l’amour, du théâtre. Sans pouvoir vous l’expliquer, la pièce emporte le public au-delà de ses espérances, de ses attentes et même de ses craintes. C’est un bouleversement émotionnel qui vient faire chavirer notre siège. Nous nous croyions à l’abri dans le public et pourtant nous nous trompions. Mais d’ailleurs, qui est le réel public ? Après quelques minutes de spectacle, nous nous questionnons du regard. Qui est le comédien ou la comédienne ? Qui est venu par pur hasard et qui était complice ? Jusqu’aux applaudissements (qui seront très nombreux), le doute persiste. Il faudra plusieurs longues minutes pour redescendre de notre nuage. Des spectateurs mettront même très longtemps avant de quitter leur siège, tant la familiarité est créé et l’envie de rester s’ancrera en nous. Nous savons que nous venons de vivre une soirée exceptionnelle et nous n’avons aucune envie de la quitter. D’ailleurs, elle se prolongera jusqu’aux discussions au bar avec toute l’équipe du théâtre et la troupe de comédien. La fête ne finit pas, elle se prolonge jusque dans nos rêves. Nous revivons encore ensemble, entre acolytes de cette aventure, ce que nous avons vécu. Puisque nous ne pourrons pas en parler autour de nous, autant éprouver nos émotions en commun.

Un spectacle unique, un théâtre merveilleux, une équipe fantastique.

Ne pouvant rien vous dire, nous ne pouvons que vous inviter à le découvrir par vous-mêmes. Cette pièce et tout cet univers.

A propos Christophe Mitrugno 47 Articles
Journaliste du Suricate Magazine