Interview de Zidani : “Avec ce retour vers un pays où je n’étais jamais allée, j’ai voulu raconter comment j’avais vécu l’Algérie dans l’absence”

© Stéphane De Coster

Zidani reprend son spectacle très apprécié du public, Retour en Algérie, qui raconte avec humour son premier voyage, à l’âge de quarante ans, vers le pays de ses origines à travers une kyrielle de personnages hauts en couleur.


Vous avez choisi de décrire votre retour vers le pays de votre père dans l’avant imminent où vous vous retrouvez coincée à l’aéroport en raison d’une tempête de neige alors que vous deviez embarquer pour Alger. Pourquoi avez-vous décidé de décrire ce moment particulier ?

Cela s’est fait par hasard après la rencontre de la directrice du Centre Wallonie-Bruxelles à Alger qui m’a proposé de créer un spectacle pour le festival de Bejaia en juin 2010. J’ai eu l’idée de raconter mon histoire à travers ce premier voyage en Algérie, pays que je connaissais encore très mal à l’époque. Lorsque ce rêve était enfin sur le point de se réaliser, j’ai été prise par la peur et l’angoisse. Avec ce retour vers un pays où je n’étais jamais allée, j’ai voulu raconter comment j’avais vécu l’Algérie dans l’absence. Ce premier voyage où j’ai passé du temps avec ma famille a comblé ce vide. Une pièce manquante de mon puzzle a repris sa place.

On rit énormément lorsque, en plus de votre propre rôle, vous interprétez différents individus croisés à l’aéroport. Pouvez-vous nous donner quelques exemples de ces personnages truculents ?

En effet je joue mon propre rôle dans l’attente de l’avion tout en mettant le public dans la connivence. Je souhaitais aussi parler de l’humain et des voyages de chacun à travers différents individus qui alimentaient ce voyage. On verra par exemple Fadelah qui rentre en Algérie avec toutes ses valises. Au-delà du cliché elle montre la vie entre deux pays et l’envie de faire des cadeaux à ses proches. Il y a aussi le personnage de la colonialiste -puisque l’Algérie fut colonisée par la France- qui parle également du Congo en référence à la Belgique. Il y a également le personnage plus poétique d’une femme qui vient régulièrement attendre son mari dont on comprend que son avion a dû avoir un accident. Une femme de ménage apporte de la belgitude et le personnage de l’hôtesse de l’air de la couleur au spectacle. La mort est également présente puisque je débute et termine comme morte. Cela souligne que ce voyage est un moment très important de ma vie. Par ailleurs, l’aéroport et le voyage cristallisent la tension et la peur de l’inconnu que chacun peut ressentir. Ces peurs, y compris dans leur côté saugrenu, sont illustrées par des pubs projetées sur un écran.

Ce moment important de votre vie que vous décrivez est aussi l’occasion de partager une émotion sincère avec votre public, ce qui vous rapproche de l’artiste Fellag. Est-ce que cela a impliqué un travail d’écriture différent de vos autres spectacles ?

J’ai effectivement pensé à Fellag en écrivant ce spectacle, que j’ai travaillé d’une façon différente des précédents. Il s’agissait d’un challenge très important d’écrire pour le public algérien qui est exigeant. J’ai aussi exprimé plus d’émotions poétiques et ai mis moins de filtres que pour mes précédents spectacles. Ecrire sur soi n’est pas si évident mais pour la première fois, c’était moi qui étais sur l’affiche ! Pour la thématique des personnages, j’ai choisi de les croquer de façon caricaturale à la manière du dessinateur Daumier.

Zidani, c’est aussi une voix puissante et vous n’hésitez pas à chanter pendant vos spectacles pour le plaisir de votre public. Quels sont les chanteurs qui vous ont le plus inspirée ?

J’aime la chanson française surtout des années 70 et 80 comme Barbara, Brel, Brassens mais aussi Polnareff, Souchon et Voulzy. Même si j’apprécie aussi certaines chansons de rap, je préfère toujours les chansons qu’on peut chanter facilement !

Quel sera votre programme après les représentations de Retour en Algérie ?

Après les représentation de Retour en Algérie du 7 au 10 novembres à Bruxelles, je vais reprendre Quiche toujours en Suisse. En janvier et février 2020 je serai de retour à Bruxelles avec Fabuleuse Etoile et Retour en Algérie. Je travaille également sur la création d’un nouveau spectacle pour octobre 2020.

Retour en Algérie du 7 au 10 novembre à la Espace Delvaux la Vénerie à Watermael-Boitsfort
Réservation et autres dates sur www.zidani.be
Crédit photo : Stéphane De Coster

Sophie Karides
A propos Sophie Karides 11 Articles
Chroniqueuse du Suricate Magazine