Pas de petites économies pour “Radin !”

radin-poster

Radin !

de Fred Cavayé

Comédie

Avec Dany Boon, Laurence Arné, Noémie Schmidt

Sorti le 28 septembre 2016

Après Luchini dans Le Coût de la vie et de Funès dans L’Avare, c’est au tour de Dany Boon de revêtir le costume de Picsou dans Radin !, la dernière grosse production dans le registre de la comédie française signée Fred Cavayé. L’humoriste, nommé comme l’une des personnalités préférées des Français, y interprète le rôle de François Gautier, la plus grosse pince de l’histoire de l’humanité, qui voit soudainement sa vie bouleversée par l’apparition de Laura (Noémie Schmidt), sa fille dont il ne connaissait pas l’existence, et par la rencontre fortuite de l’amour (avec Laurence Arné dans le rôle de Valérie). François Gautier ne peut s’empêcher d’économiser mais, cette fois, il va devoir payer le prix plein !

Connu pour ses polars à l’américaine tel que Pour elle (2008), À bout portant (2010) ou encore Mea Culpa (2014), le réalisateur français Fred Cavayé change indubitablement de registre en poussant ici la comédie à son paroxysme. Mais comment réussir ce tour de passe-passe, se demande-t-on.

Dans un premier temps, il vous suffit de troquer la virilité de Vincent Lindon et Gilles Lellouche pour l’humour potache d’un Dany Boon. Il vous faut ensuite imaginer des protagonistes bien caricaturaux afin de vous retrouvez par exemple avec un banquier naïf et attentionné, une petite amie émotionnellement perturbée, une grande ado un peu godiche et évidemment un gros radin. Mélangez ensuite le tout et sortez les violons (c’est le cas de le dire puisque le radin est en l’occurrence aussi violoniste) en y ajoutant un soupçon de bon sentiment et un zeste de rebondissement émotionnel (de quoi éventuellement tirer une larme aux spectateurs plus sensibles). Et voilà, vous avez la mise en scène du comique français par excellence !

Si le virage à 360° qu’opère Fred Cavayé n’est pas un raté, il reste deux ou trois mises au point pourtant à effectuer en commençant par l’âge des personnages qui n’est absolument pas cohérent. L’adolescente interprétée par une actrice de 25 ans, ainsi que la jeune femme amoureuse d’un homme d’une vingtaine d’années son aîné, insupportable qui plus est, ont de quoi laisser le spectateur perplexe. En outre, malgré les blagues parfois un rien plus subtiles, le genre comique est souvent adopté de manière trop excessive et indigeste. On le sait les réalisateurs français raffolent des comédies sociales qui mettent en scène des individus lambdas dont les défauts, pouvant être ceux de monsieur tout-le-monde, sont exacerbés mais, consciemment ou non, Radin ! pousse le bouchon un peu loin, en parodiant ces anti-héros un brin de trop. Le scénario est également quelque peu prémâché, ce dernier travaillant les poncifs du genre de manière maladroite.

Radin ! reste néanmoins une comédie sympathique à savourer en famille un dimanche après-midi mais ce n’est certainement pas un film marquant par la finesse de sa mise en scène.

Cheyenne Quévy
A propos Cheyenne Quévy 54 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.