Brabançonne de Vincent Bal

brabanconne affiche

Brabançonne

de Vincent Bal

Comédie musicale

Avec Arthur Dupont, Michel Van Dousselaere, Ivan Pecnik, Erika Sainte, Frédérik L. Haùgness

Sorti le 10 décembre 2014

Plusieurs fanfares s’affrontent pour une place en finale pour représenter la Belgique lors d’un concours européen. Les deux équipes belges se retrouvent ex-aequo mais le trompettiste soliste de l’équipe flamande s’effondre après son solo et finit par rendre l’âme sur scène. Privée de son soliste et donc de sa chance de gagner la finale, Elke, la fille du chef d’orchestre flamand va alors soudoyer Hugues le trompettiste vedette de l’équipe adverse wallonne, pour qu’il vienne jouer dans leur fanfare à seule fin gagner la compétition. D’abord insensible, et bien que fiancée, Elke va tomber sous le charme de ce séducteur wallon qui ne sait faire que papillonner sans jamais se fixer. Leur amour naissant sera-t-il assez fort pour surmonter toutes les épreuves ou bien après leur aventure chacun rentrera-t-il chez soi de son côté de la Belgique ?

Brabançonne est une comédie super drôle qui met en exergue les tensions entre les deux grands pôles linguistiques belges. Comment flamands et wallons se considèrent-ils les uns les autres ? L’amour peut-il naître entre flamand et wallon ? La hache de guerre pourrait-elle être enterrée une fois pour toute, ou est-ce viscéralement impossible ? Peut-être que oui ou peut-être non. Mais le vrai message est celui-ci : flamands ou wallons, il n’en est pas moins que nous sommes, et resterons toujours des BELGES !

Comme en témoigne ce film bilingue sous forme de comédie musicale, rassemblant des titres de la musique populaire belge tant du Nord que du Sud du pays, la collaboration entre ces deux entités a du bon. Les acteurs, dont les principaux sont une actrice néerlandophone (Amaryllis Uitterlinden) et un acteur francophone (Arthur Dupont), se donnent la réplique dans un chassé-croisé linguistique. On pointe, mais toujours sans méchanceté et avec la bonne dose d’autodérision que l’on nous connait, les petits travers des uns et des autres mettant en avant nos différences certes, mais a bien y regarder, ne serait-ce pas plutôt nos ressemblances qui sont mises en valeur ?

On avait décrit ce film comme étant « une comédie musicale romantique, 50% wallonne, 50% flamande et 100% belge »… et on ne nous a pas menti ! C’est une comédie à l’humour décalé bourrée de bonnes formules propres à chaque habitant d’un bout à l’autre du pays, un peu lourdes parfois, mais agrémentée de situations cocasses et hilarantes. On y retrouve aussi tous les ingrédients d’une comédie musicale traditionnelle, à savoir des numéros chantés et dansés entrecoupés de dialogues avec pour couronner le tout, un « Happy end » dans les règles de l’art.

Un moment très sympathique à passer avec un coca et un paquet de chips pour bien casser les pieds ses voisins (belges) dans la salle de cinéma !

Daphné Troniseck
A propos Daphné Troniseck 246 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

1 Rétrolien / Ping

  1. Brabançonne en clôture du Festival des Films du Monde de Montréal • Le Suricate Magazine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.