The World of Tim Burton : une expo “magicorrifique”!

Le site de C-mine à Genk accueille jusqu’au 18 novembre 2018 l’exposition internationale itinérante The World of Tim Burton déjà passée par Prague, São Paulo, Tokyo, Paris et New York pour une immersion totale dans le monde très particulier du cinéaste qui se situe quelque part entre magie et épouvante.

Tim Burton : un cinéaste génial qu’on ne présente plus

Tim Burton (américain, 1958) est surtout connu du grand public pour ses films mettant en scène des personnages haut-en-couleurs, caricaturés à l’extrême issus des contes ou du folklore populaires accompagnés de créatures étranges qui semblent parfois issues de nos pires cauchemars mais dont les intentions toujours bienveillantes – et s’ils sont mauvais, ils ne le font pas exprès – ce qui les rends terriblement attachants tels que Jack Skellington dans L’Etrange Noël de monsieur Jack (1993) ou Edward dans Edward Scissorhands (1990). Le cinéaste fait alors évoluer ses personnages dans un monde créé par lui de toutes pièces où les arbres centenaires biscornus tels que dans Sleepy Hollow : La Légende du cavalier sans tête (1999) voisinent avec les végétations luxuriantes peuplées de fleurs enchanteresses d’Alice aux pays des merveilles (2010) ou encore le thème du carnaval dans Big Fish (2003), le tout baigné d’une ambiance de douce épouvante agrémenté d’un humour décapant.

Tim Burton, Jack Skelligton, storyboard L’Etrange Noël de monsieur Jack (1993).

The World of Tim Burton nous présente plus de 400 oeuvres parmi lesquelles on retrouve moulages, peintures, dessins, projections de courts-métrages (notamment Hansel et Gretel,), maquettes, marionnettes et autres croquis esquissés sur des carnets ou griffonés sur des serviettes qui témoignent de l’esprit créatif toujours en ébullition de l’artiste qui n’arrête jamais de dessiner.

Un mélange de carnavalesque et de cauchemardesque

Le site de C-mine qui allie une architecture contemporaine tout en ayant conservé son patrimoine industriel, il présente encore de nombreuses structures charbonnières du début du siècle passé comme les deux grandes tours d’extraction, forme un écrin parfait pour abriter les créatures frankensteinienne de Burton: des mélanges improbables d’hommes, de femmes et de créatures mythiques suturées perçues comme des distorsions de la perspective et de la figure humaine.

On ressent une grande homogénéité artistique à travers toutes les oeuvres présentées. Depuis le début, Tim Burton développe son style, beaucoup de dessins à l’encre réhaussés parfois d’une touche d’aquarelle où l’on sent la recherche. Une fois établit, il l’a développé et conservé dans l’ensemble de ses projets si bien que du premier coup d’oeil, on reconnaît sa patte pour le moins imaginative teintée d’humour noir. La création de Tim Burton semble ne jamais ‘arrêter comme le montrent les oeuvres issues de projets qui ont été interrompus à des stades de développement distincts.

Tim Burton, The waiter, croquis

L’une des expositions à ne pas manquer en 2018

The World of Tim Burton s’adresse autant à un public lambda peu coutumier de cet univers qu’aux inconditionnels de Tim Burton. Pour faire durer la magie, vous avez même la possibilité de combiner votre ticket d’entrée avec une des projections de ses films. Au programme, projections de films donc, mais aussi une visite de l’artiste himself du 28 au 30 septembre, des conférences et même des concerts. Les petits plats ont donc été mis dans les grands pour vous faire vivre une expérience inoubliable en immersion totale dans le monde magicorriffique ou carnavépouvantable – à vous de choisir – de Tim Burton.

 

Daphné Troniseck
A propos Daphné Troniseck 233 Articles
Journaliste - Responsable littérature du Suricate Magazine