Kurt Rosenwinkel : CAIPI, nouvel album, nouvelle orientation

Au terme d’un travail de plusieurs années, Kurt Rosenwinkel nous revient avec un nouvel album étonnant nommé Caipi et sorti sur son propre label Heartcore Records.

Etonnant à plus d’un égard.

D’abord, parce que le guitariste-compositeur se mue en multi-instrumentiste (basse, batterie, synthétiseur, piano, percussions) mais aussi en chanteur sur certaines plages.

Ensuite, parce qu’il est secondé tout au long du CD par la voix et la polyvalence instrumentale du jeune brésilien Pedro Martins mais aussi, sur certains titres, par des invités de marque comme Mark Turner au sax ténor, Eric Clapton à la guitare ou encore la chanteuse Amanda Brecker (fille de Randy Brecker et de Eliane Elias).

Enfin et c’est le plus important, car Kurt Rosenwinkel nous propose une musique audacieuse mêlant différents styles. Sur les onze morceaux, seul Chromatic B, plus typiquement jazzant, est instrumental. Si les thèmes Caipi, Kama, Casio Vanguard chantés en portugais côtoient franchement la musique brésilienne tandis que Hold On, Little Dream et la ballade Ezra sont résolument dans un contexte pop-pock, les autres titres sont un amalgame de tous ces genres.

Tout au long du disque, et particulièrement sur Summer Song, le musicien crée des atmosphères avec un son planant et aérien à l’image de ses solos à la guitare électrique qui ne sont pas sans rappeler Pat Metheny.

Un album surprenant donc avec une belle diversité musicale.

Note : 8/10

A noter que Kurt Rosenwinkel et son projet Bandit 65 sera le jeudi 11 mai au Mithra Jazz à Liège.

Pour vous procurer cet album, rendez-vous sur le site de Heartcore Records en cliquant ici.

Pierre Gérard
A propos Pierre Gérard 65 Articles
Chroniqueur pour la partie du Suricate Magazine consacrée au Jazz