Gmail va vous permettre d’envoyer des mails auto-destructibles

En 2013, Microsoft planchait sur un projet d’Expiration Time pour ses services de messagerie en ligne Outlook et Hotmail. L’objectif : pouvoir mettre une deadline sur un courriel afin que celui-ci disparaisse à une date définie par son expéditeur. Depuis lors, plus personne n’a abordé le sujet du côté de Redmond. Mais au sud de la côte-ouest, dans les bureaux de Google, l’idée est en passe de se concrétiser.

C’est une chose certaine, Gmail s’apprête à subir un lifting de grande envergure dans les prochaines semaines. Au programme : plus de fonctionnalités pour gérer les tâches et l’agenda de ses utilisateurs, une interface toujours plus intuitive et l’ajout d’un mode confidentiel.

Comme le rapporte le site d’actualités technologiques TechCrunch, l’utilisateur pourra désormais envoyer un message confidentiel où deux options principales s’offriront à lui. La première, c’est la durée de vie du message. En d’autres termes, le message s’auto-détruira à une date choisie par son expéditeur. Le destinataire recevra quant à lui une notification lui stipulant ce délai. La seconde, c’est l’opportunité pour l’expéditeur d’ajouter un mot de passe à son courriel. L’idée étant que la messagerie envoie un mot de passe à l’expéditeur par SMS afin que celui-ci puisse être le seul à ouvrir la missive.

Mais ce n’est pas tout car, en acceptant de faire passer son courriel en mode confidentiel, l’expéditeur pourra également interdire à son destinataire de copier/coller le contenu du message, de l’imprimer, de le transférer et même d’en faire une capture d’écran.

Une aubaine pour les fans de Mission Impossible, mais un cauchemar pour les services juridiques de nombreuses entreprises à travers le monde, Gmail étant utilisé par plus de 900 millions d’internautes. Réponse définitive entre le 8 et le 11 mai prochain, lors du Google I/O 2018 qui se tiendra au  Shoreline Amphitheatre de Mountain View, en Californie.

Matthieu Matthys
A propos Matthieu Matthys 760 Articles
Omniscient avorté, avide de nouveautés et en recherche perpétuelle du pourquoi du comment, je suis fondateur, directeur de publication et responsable cinéma du Suricate Magazine.