Claudia Cardinale à Bozar

Le 6 octobre, BOZAR CINEMA & CINEMATEK accueillent Claudia Cardinale, la grande comédienne italienne, qui présentera en personne la restauration numérique du Guépard, le chef-d’œuvre de Luchino Visconti. Elle sera interviewée sur la scène du Palais des Beaux-Arts et évoquera les grands moments de sa vie et de sa carrière. Le film sera projeté sur grand écran en cours de soirée dans le cadre de la présidence italienne du Conseil de l’Union Européenne.

Claudia Cardinale arrive dans le monde du cinéma après avoir remporté un concours de Miss. En 1957, elle devient en effet « la plus belle Italienne de Tunisie ». Le prix consiste en un séjour au festival du cinéma de Venise et la jeune Claudia s’y fait d’emblée remarquer. Comment pourrait-il en être autrement ? Les beaux rôles ne se font pas attendre. Dès son deuxième film,Le pigeon (1958) de Mario Monicelli, Claudia Cardinale suscite déjà toutes les convoitises. On lui propose ensuite des rôles de premier plan dans les productions italiennes les plus déterminantes des années 1960 : Rocco et ses frères, Le guépard et Huit et demi. Ses contributions à des films comme Les Centurions ou Les Professionnels ne réussiront cependant pas à lui assurer une véritable percée américaine. Mais cela ne l’affecte pas : aux productions hollywoodiennes glamour mais un peu insignifiantes, Claudia préfère les projets intéressants qu’on lui propose en Italie, en Espagne ou même au Brésil. « Si je dois renoncer à l’argent, j’y renonce. Je ne veux pas devenir un cliché », confie-t-elle en 1964 à Life Magazine. À son retour en Italie, Sergio Leone lui offre un rôle devenu iconique, celui de l’ex-prostituée Jill McBain dans Il était une fois dans l’Ouest. Dans les années 1970 et 1980, Claudia Cardinale évolue avec grâce vers les rôles de composition. En témoignent, parmi d’autres : Fitzcarraldo et Un homme amoureux. Et tandis que les « Life Achievement Awards » s’accumulent dans le monde entier, elle poursuit sa carrière d’actrice dans de petites productions artistiques.

(communiqué de Bozar)

Le Guépard (Il Gattopardo)

En 1860, tandis que la Sicile est submergée par les bouleversements de Garibaldi et de ses Chemises Rouges, le prince Salina se rend avec toute sa famille dans sa résidence de Donnafugata. Prévoyant le déclin de l’aristocratie, ce dernier accepte une mésalliance et marie son neveu Tancrède à la fille du maire de la ville, représentant la classe montante.

Pour plus d’informations et pour réserver vos places, cliquez ici.

Matthieu Matthys
A propos Matthieu Matthys 801 Articles
Directeur de publication - responsable cinéma et littérature du Suricate Magazine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.