Vlad, une série d’anticipation toujours d’actualité

Dessin : Griffo
Scénario :  Yves Swolfs
Edition : Le Lombard
Sortie : 28 août 2020
Genre : Action, anticipation

Vingt ans après la parution du premier tome de la série, les éditions du Lombard proposent aux lecteurs nostalgiques de se replonger dans la grande saga d’anticipation et d’action, Vlad, signée par Griffo et Swolfs, scénariste notamment des célèbres séries Durango, Le prince de la nuit, James Healer

Kiev, 2050. L’ex-officier de l’armée rouge Vlad végète entre bouteilles et petits boulots. Mais son morne horizon s’éclaircit à l’annonce d’un héritage plus que substantiel. Le seul problème est que, pour le toucher, il lui faut retrouver son frère jumeau, Igor, ce qui ne l’enchante guère – les deux hommes n’ayant pas franchement le même caractère. Un malheur n’arrivant jamais seul, ce dernier a soudainement disparu, embarquant avec lui une mallette dont le contenu a déjà coûté la vie au président russe. Vlad entame une course-poursuite infernale jusqu’aux confins les plus reculés d’une Russie futuriste à feu et à sang.

Un scénario crédible

Si le traitement graphique du récit est assez classique et ne se démarque pas des autres séries d’aventure de cette époque, l’attrait de la BD vient bien évidemment du scénario, qui n’a rien perdu de sa pertinence 20 années plus tard. Vlad tire ses références dans la littérature et le cinéma d’anticipation des années 80 et 90, dans un monde légèrement différent du nôtre sur un plan technique, mais assez proche pour qu’on puisse le rattacher à notre monde actuel. Et force est de constater que son scénario de déliquescence de l’Etat central et de prise en main du pouvoir par les mafias et grands groupes industriels, nouveaux seigneurs féodaux n’est pas totalement irréaliste. Par contre, le thème du savant fou, s’il constitue le principal point d’attention des tomes 3 et 4 est beaucoup plus classique et moins crédible au final.

Le lecteur suivra donc avec intérêt cette histoire aux confins de la Russie, même si certains aspects du récit auraient pu être traités de manière plus extensive, soit via une notice d’introduction soit via certains encarts supplémentaires au niveau des dialogues.

Au final, Vlad se présente comme une bonne série d’anticipation, dont les thèmes principaux comme le retour à un monde sans foi ni loi ou les limites éthiques de la science restent d’actualité.

A propos Vincent Penninckx 193 Articles
Journaliste - Responsable BD du Suricate Magazine