Vingt intellectuels sous l’occupation, des résistants aux collabos

Titre : Vingt intellectuels sous l’Occupation
Auteur : Laurent Wetzel
Editions : Rocher
Date de parution : 2 novembre 2020
Genre : Histoire

Des œuvres d’Art tardivement retrouvées aux anciens nazis fréquemment jugés, la Seconde Guerre mondiale continue çà et là de dévoiler certains de ses secrets.

Dans cette optique, on s’interroge toujours sur le rôle réel joué par certaines personnalités publiques durant cette période. L’attitude du Maréchal Pétain – notamment sur la Question juive – divise parfois encore les historiens, tandis que celle de Jean-Paul Sartre continue d’alimenter les débats.

Comme pour clarifier quelque peu tout cela parait aujourd’hui Vingt intellectuels sous l’occupation de Laurent Wetzel. À travers ces vingt portraits, l’auteur met en lumière les paradoxes habitants certains êtres humains, ainsi que leurs zones d’ombre et de lumière. Le lecteur croisera ainsi toutes sortes de profils, du résistant de la première heure au collaborateur acharné, en passant par des destins plus ambigus.

Le lecteur moins informé découvrira par exemple que le politicien socialiste Marcel Dréat était profondément antihitlérien durant les années 30, avant d’entrer en collaboration durant le Second Conflit mondial, sans que rien ne semble l’annoncer. De son côté, Simone Veil restera attentiste jusqu’à l’annexion de la Tchécoslovaquie en mars 1939, déclic qui la poussera à entrer en résistance. D’autres, comme Monseigneur Alfred Braudillart éprouveront une fascination pour Hitler par anticommunisme, tout en réprouvant les exactions commises à l’encontre des Juifs.

Ces paradoxes traverseront tout le livre de Laurent Wetzel, poussant ainsi le lecteur à s’interroger sur ce qu’il aurait lui-même fait en pareille situation. En ce sens, Vingt intellectuels sous l’occupation parvient à surprendre son lectorat – au-delà bien sûr de sa richesse historique.

Et comme pour célébrer l’Histoire, c’est sur le portrait de l’historien Marc Bloch que s’ouvrira ce livre. Personnage hautement fascinant, Bloch aura figuré parmi les résistants de la première heure et lutté avec acharnement jusqu’à être fusillé le 16 juin 1944. Si le chapitre lui étant consacré constitue une belle leçon de patriotisme, on appréciera surtout les quelques extraits du testament de ce dernier, qui sonnent comme autant de leçons à tirer de notre passé pour construire un avenir plus lumineux.

Parallèlement à cela, Laurent Wetzel se penchera encore sur le cas Jean-Paul Sartre, antigaulliste convaincu dont les pièces de théâtre seront jouées durant l’Occupation mais qui, au sortir de la guerre, affirmera haut et fort avoir résisté. Notamment en intégrant des subtilités dénonciatrices dans « Huis-Clos » et « Les Mouches ». Si Wetzel ne lèvera pas le voile sur l’ambiguïté de l’attitude de Sartre durant cette période, il aura au moins le mérite de clarifier la situation en s’appuyant sur des sources historiques de qualité.

Histoire de chercher la petite bête, on regrettera cependant qu’aucun passage n’ait été consacré au poète René Char, lui aussi résistant convaincu, ou que Laurent Wetzel n’ait pas consacré un chapitre au Maréchal Pétain pour lequel on peine parfois encore à mesurer l’implication dans la déportation des Juifs de France. En 2010, par exemple, un document était retrouvé semblant préciser l’attitude du chef d’État quant à cette question : il eut été intéressant de voir figurer une mise au point concernant ce personnage parmi les vingt portraits ici dressés.

Pour le lectorat belge, on regrettera également que rien n’ait été écrit sur certains de nos compatriotes comme l’évêque de Liège Louis-Joseph Kerkhofs reconnu comme Juste parmi les Nations en 1981 ou, à l’inverse, de l’ignoble Léon Degrelle, collaborateur affiché mort en exil. Mais, bien entendu, l’auteur aura dû fixer des limites géographiques à son travail. À charge pour un autre de s’intéresser aux intellectuels belges sous l’Occupation !

Reste un livre fortement intéressant et particulièrement bien documenté qui a le mérite de clarifier pas mal de choses tout en offrant une plongée captivante dans la psychologie de certains personnages face à la Seconde Guerre mondiale !

A propos Alexandre Alvarez 186 Articles
Journaliste du Suricate Magazine