The Final Girls, un hommage aux années 80

FG_01332.dng

final girls dvd

The Final Girls

de Todd Strauss-Schulson

Comédie, Horreur

Avec Taissa Farmiga, Nina Dobrev, Malin Akerman

Sorti en DVD/Blu-Ray le 13 janvier 2016

Quelques années après avoir perdu sa mère dans un accident de voiture, Max est emmenée par ses amis au cinéma pour assister à la projection d’un film d’horreur culte des années 80 intitulé “Camp Bloodbath”. L’évènement est d’autant plus fort pour Max car sa mère n’était autre que l’une des actrices du slasher. Alors que la séance suit son cours, Max et ses amis vont être aspirés dans l’écran. Les voilà prisonniers du scénario et obligés de faire équipe avec les personnages du film pour vaincre l’affreux tueur à la machette.

Avec The Final Girls, bienvenue dans l’univers chtarbé des slashers des années 80. Sorte d’hommage délirant aux films du genre, le long métrage Todd Strauss-Schulson est d’une fraîcheur incroyable tant il est fidèle à l’esprit, au visuel et au découpage du pur slasher. Reste à accepter que celui-ci est davantage un patchwork qu’une référence singulière, et vous voici embarqués dans une comédie où tout est permis.

Dès l’entame, le film nous replonge trente années en arrière. Avançant le postulat de la comédie dramatique – ou dramedy comme disent les américains -, le film dérive à l’instar de ses prédécesseurs vers l’horreur tout en gardant son humour. Le réalisateur, restant constamment soigné dans sa dédicace, nous fait alors passer les âges, de Vendredi 13 (1980) à Halloween (1978) en passant par des productions plus intimistes telles que Sleepaway Camp (1983) ou Scream (1981). L’objectif étant de rester dans le kitsch et la série B, l’équilibre d’une telle production est d’autant plus difficile à atteindre. Mais en évitant sciemment l’excès de zèle – seules quelques effets s’extirpent de la période concernée -, Todd Strauss-Schulson réussit son pari.

Propre, drôle, inventif, beau et ironique, The Final Girls ravira les fans inconditionnels du genre. Pour les autres, il faudra de bonnes bières et une sérieuse envie de délirer.

Matthieu Matthys
A propos Matthieu Matthys 830 Articles
Directeur de publication - responsable cinéma et littérature du Suricate Magazine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.