Ils ont raté le rôle de leur vie (2/4)

Être acteur n’est pas chose aisée. Pour en vivre, il faut non seulement être bon (oui, d’accord il y a pas mal d’exceptions) mais il faut savoir être bien entouré.

En général, c’est la famille qui vous motive. Sauf que celle-ci est votre première admiratrice, à commencer par votre mère, et est par essence piètre conseillère. Pourtant, quand maman dit que ce rôle est taillé pour vos frêles épaules, il faut parfois l’écouter, car ceux qui suivent ne l’ont probablement pas fait.

Sales gamins !

 ______

Lance Henriksen dans Terminator

Là, vous vous dites : « Minute papillon, Lance Henriksen joue dans Terminator ! ». Ce à quoi je vous répondrai par l’affirmative. Sauf que l’intéressé devait au départ incarner le rôle de Terminator, et non celui de l’inspecteur Vukovich.

Il est clair que le mec a dû avoir les boules. Bon, dans le même temps, ce n’est pas vraiment de sa faute.

Outre cela, le rôle devait au départ revenir à O.J. Simpson. Encore heureux que ce dernier ne l’a pas obtenu, vu ses ennuis avec la justice, il n’y aurait jamais eu de suite.

Cary Elwes dans Robin des bois, prince des voleurs

Un an après le succès de Danse avec les Loups, Kevin Costner est à l’apogée de sa carrière. Il va alors signer pour un film auquel personne ne croit : Robin des Bois, prince des voleurs.

Mais voilà, si Kevin fût en joie de caresser le doux visage de Mary Elizabeth Mastrantonio, il n’était pas le choix principal. De fait, c’est Cary Elwes qui devait tenir le rôle du mec en collants (le Peter Pan qui ne vole pas… enfin si). Le méchant de Twister ne croyait pas du tout au projet. Mal lui en a pris puisqu’il incarnera Robin deux années plus tard dans la parodie de Mel Brooks intitulée Sacré Robin des Bois, aux côtés de Mirette et Atchoo.

Autrement, le casting du film connu un véritable jeu de chaises musicales. Morgan Freeman a été préféré à Mark Ryan, Alan Rickman a été obligé de remplacer Richard Grant car ce dernier avait refusé par deux fois et enfin, Mary Elizabeth Mastrantonio a été la solution par défaut suite à la grossesse de Robin Wright.

Oudelali, la belle aventure !

Robert De Niro dans Léon

Quand j’étais petit, mes parents m’interdisaient de voir ce film car il était trop violent soi-disant.

Si ma vie ne vous intéresse absolument pas, celle de Robert De Niro devrait vous combler. De fait, Robert (#youfuckmywife) plaisait à Luc (#scenariominpognonmax), et inversement. Mais l’idylle se termina un soir d’hiver, devant la cheminée. Bref, le rôle de Léon est revenu à Jean Reno, qui a maitrisé son sujet de main de maître.

Mais comme Robert restait inconsolable, Luc lui donna un rôle dans Malavita. Il s’est tout de même bien fait avoir Robert !

Tom Cruise dans Speed

Dans un premier temps, on voyait bien Tom Cruise se muer dans la peau de Jack Traven en lieu et place de Keanu Reeves. Dans un second, après avoir essayé plus d’une douzaines de bus, la réalisation a dû se rendre à l’évidence. De fait, on ne voyait que les cheveux de l’intéressé au-dessus du volant. Pas très crédible.

Plus sérieusement, les producteurs ont pensé à beaucoup d’acteurs pour incarner ce rôle. Outre Tom Cruise, Bruce Willis et Johnny Depp ont été évoqués. Sandra Bullock, qui a été révélée par ce film, a également eu chaud puisque la concurrence était rude. Halle Berry ou Ellen DeGeneres, rien que ça.

Laurence Fishburne dans Die Hard : Une journée en enfer

Si le rôle de John McClane ne pouvait revenir à autre que Bruce Willis, celui de Zeus Carver, son acolyte dans le troisième épisode de la saga, a failli être attribué à Laurence Fishburne au lieu de Samuel L. Jackson. La lutte était tenace car les deux hommes étaient régulièrement mis dans le même lot à cette époque.

Depuis, Samuel L. Jackson a gagné la bataille. Simon a dit… Samuel !

Bonus : Danny Trejo dans… tout

Vous le connaissez tous cet homme buriné. Il a connu la drogue, la prison et la boxe avant de devenir acteur. C’est probablement pourquoi il ne refuse quasiment aucun rôle. De nos jours, âgé de septante ans, il se fait plus discret sur grand écran mais apparaitra tout de même dans plus de vingt films en direct-to-DVD.

À suivre…

Matthieu Matthys
A propos Matthieu Matthys 809 Articles
Directeur de publication - responsable cinéma et littérature du Suricate Magazine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.