Paper Doll Decay : Desolation

Quoi de plus délectable dans un monde cruel comme le nôtre qu’un peu de douceur et de délicatesse ? Voici donc, pour le plaisir des oreilles, Paper Doll Decay, un groupe hollandais de death metal mené par la ravissante Janneke de Rooy. Le reste du line up se compose de Caspar Koster à la guitare, Jarno Hol à la basse et Rob Koene à la batterie.

paper

Né en 2013, le groupe a déjà sorti Desolation, un premier EP chez Hidden Records, leur propre label.

Bien entendu, Paper Doll Decay est une formation assez jeune, mais cela n’empêche qu’ils ont déjà acquis une solide réputation sur scène et une base de fans fidèles qui les suit depuis le début.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, le groupe décrit son style comme du death metal brutal. Un groupe de death metal, comme chacun le sait, ce n’est pas le genre de groupe à faire des chansons qui respirent la joie et la délicatesse.

Alors, un groupe du genre qui se dit brutal, autant dire que ça va poutrer sec. Alors, on peut se dire que faire quelque chose de brut, sans fioritures, ce n’est pas très neuf. Mais ce groupe apporte ici une dimension particulière puisque ce premier EP est axé principalement autour d’un thème : les conflits au Moyen-Orient. Un thème qui malheureusement reste d’actualité et peut inspirer bien des chansons portant sur la mort, la désolation, la colère.

Bref, Paper Doll Decay, au-delà de la qualité de ses composition, montre ici qu’il est un groupe engagé. Cela me rappelle d’ailleurs la bonne époque de l’album Chaos A.D. de Sepultura. Un album certes magnifique mais qui avait aussi ce message de dénoncer la situation du Moyen-Orient. Vingt ans plus tard, force est de constater que cette thématique résonne toujours autant avec notre quotidien et qu’on en voit pas la fin.

Desolation est donc un EP qui frappe juste et qui contient des morceaux tous plus excellents les uns que les autres. Les riffs de guitares sont incisifs, les parties de batterie toujours bien ajustées et la voix de Janneke est très impressionnante.

Paper Doll Decay apporte ici quelque chose de direct et « rentre-dedans ». Des chansons brutes qui vont à l’essentiel avec énormément d’énergie et de détermination.

Voilà donc un excellent disque à apprécier sans attendre. Paper Doll Decay affirme ici son identité et son style avec beaucoup de talent.

Remarquez que le groupe a récemment changé de musiciens. On retrouve donc à présent Sjors Kuivenhoven  à la basse et Robin Boogaard à la batterie.

Pour plus d’info sur le groupe, rendez-vous sur leur site en cliquant ici.

Christophe Pauly
A propos Christophe Pauly 484 Articles
Journaliste et photographe du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.