Novarium : Omicron

Cette année 2016 est décidément riche en bonnes surprises pour les fans de metal. Ainsi, en juin dernier, c’était au tour de Novarium de sortir leur premier album studio intitulé Omicron.

Formé en 2013, ce groupe originaire de Washington, DC a pris le temps qu’il estimait nécessaire pour acquérir suffisamment d’expérience afin de délivrer un album d’exception et frapper fort dès le début afin de se faire remarquer.

On le sait, le monde de la musique est devenu une véritable jungle et il est difficile de percer vu la concurrence énorme qui sévit partout dans le monde.

Mais dès que l’on prête l’oreille à la chanson Remains qui ouvre l’album, on sait que l’on tient là quelque chose de particulier musicalement parlant.

Novarium est certes un groupe de métal, mais il est évident que le but du groupe n’est pas d’épater la galerie avec de la puissance surdimensionnée et des attitudes grotesques.

Le groupe se distingue par une musique murement réfléchie et qui mêle habilement douceur et hargne.

Le line-up du groupe se constitue de la chanteuse Lisa D’Arcangelis, des guitaristes Sean Gronholt et Dean Michaels, du bassiste Eliakon et du batteur Dean Anthony.

Autant dire que le temps qu’a pris le groupe lui a été hautement bénéfique. On a tout d’abbord une pochette magnifique réalisée par l’illustrateur Costin Chioreanu à qui l’on doit déjà beaucoup d’illustration pour des pointures comme Paradise Lost, Candlemass ou encore Eluveite.

novariumalbum

D’autre part, musicalement, Omicron est un régal. Le groupe nous offre huit titres magnifiques. Oscillant entre le metal morderne comme Evanescence au gothique avec cette émotion très présente dans la musicalité et le romantisme de ses paroles, Novarium nous captive et bouleverse.

Chacun apporte sa touche personnelle à ce disque. Que ce soit par les solos, les rythmiques calibrées ou les harmonies vocales, Novarium a su se démarquer de par ce talent évident qui le caractérise.

Ajoutez à cela la présence d’invités de talents comme les violoncellistes Rachel Kolster et Sarah Stepanik et vous avez là un véritable bijoux !

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site du groupe en cliquant ici.

 

Christophe Pauly
A propos Christophe Pauly 485 Articles
Journaliste et photographe du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.