Orlando Julius & The Heliocentrics à l’Ancienne Belgique

Voilà un concert qui donne la pêche! Orlando Julius, saxophoniste de renom qui œuvre à la popularisation de l’Afro-pop depuis ses débuts dans les années ’60, fusionne avec brio les sons et les rythmes africains traditionnels avec ceux de la soul, du R&B et de la musique pop américaine. Accompagné par The Heliocentrics, il nous offre un concert aux rythmes endiablés: dès les premières notes, leur énergie est vraiment communicative. L’Afro-soul, il n’y a rien de tel pour vous remotiver et effacer les mauvais souvenirs de la journée. Orlando Julius nous fait vibrer et bouger le popotin avec ses compositions qui fleurent bon la joie de vivre et le bonheur de partager son amour de la musique avec nous.

Toujours souriant, nous racontant des anecdotes de sa rencontre avec James Brown ou de son fils qui joue les percussions, il conserve une bonne bouille, un souffle et un rythme d’enfer malgré ses 71 ans. Décidément, la musique, ça conserve! C’est surtout très émouvant de voir une des dernières légendes vivantes de la musique africaine sur scène chez nous d’autant plus que c’était la première fois qu’il se produisait en Europe.

The Heliocentrics est un groupe qui se compose d’un saxophoniste, d’un trompettiste, d’une guitare lead, d’un bassiste, d’un batteur et de joueurs de percussions en tout genre ainsi que d’une chanteuse qui pratique une danse africaine inspirée qui se rapproche parfois de la transe. Le tout amène une ambiance de feu, les autres membres n’étant pas en reste : tout le monde sur cette scène colorée faisant penser aux plus belles heures de la soul des années ’60 porte des costumes africains, chacun s’amuse, danse, se parle, partage la musique, donnant le sentiment que tout semble facile alors que leurs performances dénotent un très haut niveau de difficulté. Mais point de place pour les mines renfrognées, Orlando Julius & The Heliocentrics sont là et ils le prouvent : tout le monde souri, danse et communique avec les musiciens se laissant emporté dans cet univers bariolé et joyeux.

Premier passage en Europe pour ces musiciens très talentueux qu’on ne connaît malheureusement que trop peu par ici. Résultat: on en veut encore! Si vous êtes toujours à la recherche d’un son qui vous booste et vous mette de bonne humeur le matin, arrêtez tout, on a ce qu’il vous faut.

Daphné Troniseck
A propos Daphné Troniseck 251 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.