Nos femmes d’Eric Assous aux Galeries

D’Eric Assous, mise en scène d’ Alain Leempoel avec Bernard Yerlès, Alain Leempoel, Bernard Cogniaux. Du 13 septembre au 8 octobre 2017 au Théâtre des Galeries.

L’histoire de Nos femmes c’est avant tout l’histoire de trois copains. Des amis qui aiment être ensemble et passer leur temps à diverses activités comme partir en voyage, regarder le football, faire la fête, boire un verre ou deux, déconner, jouer aux cartes… Mais surtout… ne pas se prendre la tête. Ces trois amis se connaissent depuis trente-cinq ans. Ils sont bien différents et chacun possède son propre caractère. Toutefois ils restent complices et rien ne semble perturber ce vieux fleuve tranquille qu’est leur amitié…

La pièce débute par une des ces rencontres habituelles. Malheureusement Simon est en retard. Max s’énerve déjà et Paul, en bon modérateur calme le jeu. Ils font des présuppositions quant au retard de Simon. Ce dernier arrive enfin. On ne l’attendait plus mais finalement, cette arrivée tardive explose comme un feu d’artifice. Elle bouscule la routine quotidienne de cette amitié qui semble banale. Un événement extraordinaire voire tragique balaye alors la douceur et la stabilité de leur amitié. Les personnalités et les relations se dévoilent sous un autre jour. Les visages s’illuminent autrement et les langues se délient.

Sous quelques chutes fracassantes, il y persiste malgré tout de la légèreté. De rires en surprises, Eric Assous nous dépeint l’amitié sous une forme pure et touchante. Pouvant paraître banale et peut-être un peu bancale à certains moments, la relation qui lie ces trois protagonistes reste belle et forte. On ne vous en dira pas plus pour garder le suspense et l’agréable surprise qui nous suit tout au long de la pièce. Nous terminerons en vous conseillant vivement d’aller voir ce bonbon théâtral.

Nos femmes surprend et touche dans ce que nous connaissons ou croyons connaître des personnes que nous acceptons en tant qu’amis, dans leurs forces comme dans leurs failles. Finalement, cette pièce nous remet en question et nous rappelle à quel point c’est “les copains d’abord”.