Coup de soleil au Théâtre des Galeries : un spectacle éblouissant

Mise en scène de Nathalie Uffner. Avec Marie-Paule Kumps, Bernard Cogniaux, Camille Pistone, Damien De Dobbeleer, Julie Duroisin, Jean-Daniel Nicodème, Gudule. Du 24 avril au 19 mai 2019 au Théâtre Royal des Galeries. Crédit photo : Isabelle De Beir

Il paraît qu’autour de la quarantaine/cinquantaine, une envie de vivre frénétique peut s’emparer de nous et nous amener à rechercher l’envie de bousculer le quotidien, notamment en prenant des risques tel que revivre l’excitation et les frissons de l’amour avec une personne plus jeune. Pour les hommes on appelle ce phénomène “Le démon de midi”.  Et bien ici, c’est le pendant féminin qui est examiné et rebaptisé “Coup de Soleil”. Le phénomène est encore plus rare mais pour bien combien de temps ?

Après une courte bataille contre elle-même, Valentine, incarnée par l’excellente comédienne principale Marie-Paule Kumps, se laisse emporter, par un jeune homme qui a la moitié de son âge. Et on la voit se métamorphoser sur scène, reprendre goût à la vie, au rire, se sentir rajeunir et mettre de côté sa petite routine bien établie. Une incroyable transformation.

La pièce démarre alors que Valentine, tout juste cinquantenaire, prépare sa lettre de rupture avec son compagnon des quinze dernières années, pour qui elle a cuisiné le plat du mardi comme d’habitude. A ce moment clé survient un livreur de fleurs qui a le béguin pour elle et la séduit par sa joie de vivre, son insolence et sa jeunesse. Après un tel “Coup de Soleil”, pas besoin d’antirides, c’est le lifting moral garanti. Le spectacle est à l’image de la publicité du site de rencontre Gleeden, qui accroche l’attention en affirmant que “contrairement aux antidépresseurs, un amant ne coûte rien à la sécurité sociale”.

L’auteur Marcel Mithois nous décrit les affres de Valentine avec une bonne dose d’humour et de rebondissements, en faisant intervenir des personnages secondaires hauts en couleurs et en orchestrant avec savoir-faire la rencontre entre son jeune amant, son compagnon Gérard, son chef et son fils. Ce dernier lui réservera lui aussi quelques surprises exotiques mais n’en disons pas plus…

On a adoré le personnage de Ghislaine (jouée par Julie Duroisin), la femme de ménage exubérante de Valentine, qui assiste à tout ce cirque avec un ébahissement et une compréhension amusée, tout en se présentant inlassablement à des castings où elle interprète la chanson Coup de soleil de Richard Cocciante sous différents registres musicaux. Mention spéciale à la version rap !

Le décor est très moderne, tout comme la pièce d’ailleurs, qui met en avant une femme indépendante et ouverte, qui s’engage avec joie dans les nouvelles aventures que lui offre la vie en faisant fi des convenances et en s’essayant au concept très actuel de polyamour.

L’auteur Marcel Mithois affirme avoir écrit Coup de Soleil “comme un remède contre la mauvaise humeur et la morosité”. On peut dire qu’il a pleinement réussi, on sourit et on rit beaucoup pendant tout le spectacle, qui ne connaît pas de temps morts. Chapeau bas à toute l’équipe pour ce beau spectacle à ne pas manquer !

Myriam Watson
A propos Myriam Watson 25 Articles
Journaliste du Suricate Magazine