Mr Follower, du rire aux larmes

Mise en scène d’Etienne Béchard avec Etienne Béchard, Johann Clapson, Sidonie Fossé, Victor Launay, Arthur Louarti

Du 4 au 12 décembre 2015 au Théâtre Marni

Il y a un peu plus d’un an, nous vous faisions découvrir une jeune troupe de danse contemporaine époustouflante ayant pris ses quartiers dans notre capitale : la Compagnie Opinion Public. L’originalité de ses créations, mixant habilement les genres, nous avait enchantés. Un envoutement devenant total au regard des prouesses artistiques dont eux seuls étaient capables.

Dès lors, c’est avec beaucoup d’enthousiasme que nous nous sommes dirigés vers le Théâtre Marni pour apprécier leur nouvelle création intitulée Mr Follower. L’émerveillement de la découverte n’étant plus de mise ici, nous souhaitions donc y entrevoir un beau spectacle. Une attente en grande partie comblée.

Mr Follower relate l’histoire d’un quidam, spectateur assidu d’une télé-réalité dont il devient, par hasard, le pion central. Mais sa notoriété indue le rend vulnérable, fragile et sa personnalité va peu à peu prendre congé pour laisser place à la manipulation visible et invisible d’un monde qu’il ne contrôle pas.

N’y allons pas par quatre chemins, Mr Follower est une réussite artistique, sonore et visuelle très aboutie. Comme à l’accoutumée aurons-nous envie de dire, les danseurs sont d’une justesse et d’un professionnalisme à la hauteur de leur talent. En outre, leur volonté de pirater quelque peu la danse contemporaine pour l’accoupler incestueusement avec les arts du cirque ou la comédie font d’Opinion Public un précurseur (et un laboratoire) de la danse de demain : un genre hybride, engagé et accessible à tous.

Partant de ce postulat, le récit révèle alors bien plus d’importance. De fait, Mr Follower est scénaristiquement travaillé, de sorte que le spectateur vive et traverse l’histoire en même temps que son protagoniste. Le fil narratif se noircit alors doucement au fur et à mesure que les minutes s’égrainent. Les sourires marqués par des scènes ubuesques se crispent alors de plus en plus, les yeux pétillants se ternissent et les applaudissements se taisent. Nul doute, Mr Follower devient une métonymie pamphlétaire de la société et du monde de l’entertainment, avec ses fastes et ses tragédies.

Le pari est réussi, le message est passé, le spectateur est pantois, à la fois heurté et émerveillé par une fin abrupte concluant une série de saynètes drolatiques et dramatiques à la fois. Mr Follower a soufflé le show et l’effroi.

Photo d’illustration ©Charlotte Sampermans

Matthieu Matthys
A propos Matthieu Matthys 813 Articles
Directeur de publication - responsable cinéma et littérature du Suricate Magazine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.